Le vermifuge « duo » ou l’usage du praziquantel chez les équidés

Publié le par Anne ANTA - Alpha et Omega

C’est un incontournable de toutes les discussions autour des vermifuges. Le « duo » est considéré comme « complet » voire « indispensable » en hiver ou pour les poulains, mais qu’en est-il vraiment ? Qu’est-ce que le « duo » ?

Cette appellation de « duo » met en valeur l’association de deux molécules. Si la première est variable selon les produits, la deuxième se nomme praziquantel.

Chez les équidés, le praziquantel vise une famille de parasites : les anoplocéphales, appelés aussi « ténia des équidés ».

Ce genre de parasites regroupe plusieurs espèces de vers dit « plats » composés de plusieurs anneaux plus larges que longs. Ces vers plats ou frisés selon les descriptions sont présents au sein de l’intestin grêle, à la jonction iléo-caecale ou au niveau de l’estomac du cheval.

Leur détection par analyse de crottin (ou « copro ») n’est pas évidente, car ces parasites se reproduisent en laissant tomber un de leurs anneaux rempli d’œufs. Si bien que, contrairement aux autres parasites dont les œufs sont plus ou moins répartis dans le crottin, les œufs de ténia sont regroupés et on peut prélever facilement à côté.

Un anneau d’Anoplocephala perfoliata mesure 1 à 2 cm de large pour 5 mm de long et moins d’un millimètre d’épaisseur. Il est légèrement jaune. Ce parasite pourrait être responsable de douleurs violentes et de spasmes, suite à son attache au niveau des zones sensibles du tube digestif.

Un anneau d’Anoplocephala magna mesure entre 2 et 5 cm de large et s’observe donc parfois à l’œil nu dans le crottin. Ce parasite, d’une longueur pouvant aller jusqu’à 80 cm à l’âge adulte. En raison de sa taille impressionnante, il peut être à l’origine de coliques d’obstruction.

Les anoplocéphales sont des parasites qui passent une grande partie de leur cycle en dehors des équidés. Ils sont ingérés par des oribates, de petits acariens des sols humides, friands de matières en décomposition.

C’est en pâturant ou en consommant des aliments à même le sol que les équidés ingèrent les oribates qui relarguent alors le ténia au sein du système digestif du cheval.

Son développement au sein de l’équidé n’est pas très bien connu. Il ne migre pas et reste dans le tube digestif, mais il existe deux théories en ce qui concerne sa présence en hiver. En effet, soit le parasite profiterait de l’hiver pour grandir et émettre des œufs au printemps, soit il émettrait ses œufs en automne et partirait avec les derniers crottins avant l’hiver pour être remplacé par ses congénères au printemps.

Tous les avis se rejoignent néanmoins en ce qui concerne la période où le parasite est le plus dangereux : la deuxième moitié de l’année et surtout en automne. À cette époque, qu’il s’installe ou qu’il parte selon les espèces, il provoque des bouchons, des irritations, des dégâts et par conséquent des coliques.

Revenons maintenant au praziquantel et au vermifuge duo.

Un vermifuge est là pour traiter, il est donc inutile de l’utiliser si les parasites sont absents. Ainsi, avant 2 mois, la présence du parasite chez le poulain étant rare, on évitera l’usage d’un « duo ». Toute la première partie de l’année, le parasite est soit dans l’oribate, soit en installation, on évite donc le vermifuge.

Il reste donc environ 6 mois, de l’été à l’hiver, pendant lesquels le vermifuge peut avoir un effet. Et là, on commence à raisonner en fonction de ses conditions pour choisir le bon moment.

Météo, état de santé des équidés, environnement… listez vos conditions pour voir quand la période est la plus propice à l’infestation et comptez 6 à 10 semaines de développement. Vous aurez ainsi une période précise durant laquelle vous pourrez procéder au vermifuge.

Méfiez-vous dans vos estimations, si un ténia n’a pas de pattes, ce n’est pas le cas de l’oribate qui le transporte au-delà des clôtures et jusque dans un box chaud et humide.

Une fois les premiers froids arrivés, l’usage du vermifuge « duo » est à réserver aux équidés faibles et sous réserve d’un suivi vétérinaire rigoureux.

Anne ANTA

Découvrez la nouvelle édition de notre ouvrage A la recherche des parasites : l’analyse coprologique réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Troupeau de poulains de trait. Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Troupeau de poulains de trait. Tous droits réservés à Techniques d'élevage