Bien alimenter un jeune cheval au débourrage

Publié le par Catherine Kaeffer. Alpha et Omega

Vous avez un jeune cheval qui a entre 3 et 4 ans et qui commence à travailler.

C’est en général une période où le jeune sort du cocon de l’élevage ou de son propriétaire pour rejoindre un centre de débourrage, une écurie, un club. C’est l’entrée dans la cour des grands.

Comme c’est un jeune cheval, les efforts demandés sont généralement assez faibles. Dans l’exemple ci-dessous j’ai considéré qu’il faisait moins de 3 heures par semaine grand max.

Ce niveau de travail se retrouve aussi assez fréquemment chez les chevaux adultes.

J’ai donc eu la curiosité de comparer deux chevaux de loisirs, dans la même écurie, faisant un travail hyper tranquille, semblable mais l’un qui est adulte et l’autre qui ne l’est pas.

Au niveau des besoins alimentaires, voici ce que cela donne avec le jeune cheval en jaune et l'adulte en bleu :

Besoins alimentaires du jeune cheval et de l'adulte. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Besoins alimentaires du jeune cheval et de l'adulte. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Votre 3-4 ans aura un meilleur appétit que l’adulte. Si faut donc prévoir au niveau de la distribution de foin une part nettement plus généreuse d’au moins 20 %. C’est connu, les ados, cela vous dévalise un frigidaire !

Lorsque vous regardez ses besoins énergétiques, ils sont très importants par rapport à l’adulte. Donc les deux chevaux que vous avez l’un à côté de l’autre dans le pré et qui visuellement se ressemblent beaucoup, il faut l’avouer, il y en a un qui a besoin grosso modo de 50 % de plus que l’autre au niveau des apports en énergie.

Comme l’augmentation de la quantité ingérée est moins importante que l’augmentation des besoins, on en arrive vite à l’idée qu’il faudra une ration plus énergétique au kg. Donc en général l’ajout d’un aliment ou l’augmentation de sa quantité par rapport à l’adulte dans la même situation.

On a aussi une augmentation au niveau des protéines (MADC) mais comme en général dans ce type de situation on est très large sur l’adulte, il y a de fortes chances que l’on soit dans la marge de sécurité et donc sauf foin très pauvre, cela passera vraisemblablement si par ailleurs l’énergie apportée est suffisante.

Par contre, regardez les besoins en calcium et en phosphore : quasi 2 fois plus que l’adulte. C’est particulièrement important. Bien que le jeune soit aussi grand que l’adulte, il a encore à faire une croissance en largeur au niveau du poitrail comme des hanches. Autrefois, on disait que le cheval « explosait devant ». Cela n’est pas forcément très visible extérieurement, mais c’est très exigeant à l’intérieur.

Si vous vous demandez pourquoi on a tant de suros et autres pépins osseux qui apparaissent sur les 4 ans, alors même qu’on a fait attention et qu’on n’a pas tiré dessus de façon déraisonnable, contemplez ce graphique… et vous aurez compris.

Pas assez de calcium, pas assez de phosphore, au niveau osseux, c’est pas glop !

Catherine Kaeffer

Vous souhaitez organiser une journée "Nutrition Equine" près de chez vous ? Utiliser l'onglet "Découvrir la nutrition équine" en haut de cette pas ou consultez la rubrique "Services" de notre site. 

Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance