L'ail et les ânes

Publié le par Anne ANTA. Alpha et Omega

L'ail est utilisé dans de nombreux compléments pour les chevaux et il est souvent conseillé par les internautes quand une personne a des soucis de parasitisme ou d'insectes. Mais qu'en penser pour l'âne ?

L'ail tient sa réputation à son usage traditionnel et à des expériences qui ont montré une efficacité de l'ail en extrait alcoolique sur certains parasites internes in vitro.

De nos jours, les données ne mettent pas en évidence une efficacité suffisante sur les parasites internes du cheval in vivo.

L'explication tient dans la nature des produits donnés et aux dosages.

En effet, l'ail fait partie de ces plantes efficaces mais avec des effets secondaires pathologiques au-delà d'une certaine dose ou d'un certain laps de temps. Or, il semblerait que la limite entre la toxicité et l'efficacité ne permet pas une grande marge de manœuvre.

De plus, on propose de plus en plus de produits à base d'ail en libre service. Cette façon de proposer expose le cheval au surdosage car le cheval ne semble pas capable de s'autoréguler.

Pour l'effet sur les insectes (mouches, taons...), la sueur doit s'imprégner d'ail, les molécules actives doivent donc circuler dans le sang à des doses où les effets secondaires sont possibles.

Toutes ces données concernent les chevaux, mais qu'en est-il des ânes ?

La toxicité de l'ail n'a pas été démontrée spécifiquement chez l'âne, on ne dispose donc pas des doses toxiques ou ayant un impact sur le bien-être de l'âne. Elles peuvent être bien supérieures, semblables ou bien inférieures à celles que l'on indique pour le cheval.

Néanmoins, il a été relevé que l'ail a un effet sur l’appétit et que les ânes qui en ont consommé vont avoir tendance à davantage s'alimenter.

Si l'ail est présenté dans un mélange, aucune régulation sur les apports n'est possible, le mélange sera donc consommé de façon excessive, de plus, les ânes ne vont pas seulement reprendre de l'ail ils vont aussi consommer tout aliment mis à disposition en excès : herbe, foin...

Un âne qui reçoit de l'ail va donc manger au-delà de sa faim, au-delà de ses besoins. Quand on connait les difficultés des propriétaires à maintenir le poids de forme de leurs ânes en France et les ravages des excès alimentaires, l'usage des produits à base d'ail devrait être réservé à des ânes ayant des apports contrôlés ou des besoins particuliers.

Il est également important de noter qu'en raison du passage de l'ail dans le lait son usage pour une ânesse suitée devra se faire sous la surveillance du vétérinaire en ce qui concerne la santé de l'ânon.

Anne ANTA

Découvrez le poster sur Les grandes voies métaboliques réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Contact d'un âne avec une main : relations asines. Tous droits réservés à Techniques d'élevage.

Contact d'un âne avec une main : relations asines. Tous droits réservés à Techniques d'élevage.