Alimentation d’un cheval après un traitement aux corticoïdes

Publié le par François Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Nous avons vu l’impact que les corticoIdes ont sur l’organisme, ainsi que l’alimentation du cheval pendant le traitement.

La question suivante est : que faire après l’utilisation des corticoïdes pour réparer les dégâts ?

Il existe des cas où la thérapie a pu durer plusieurs années alors la gestion alimentaire des dégâts occasionnés peut prendre au moins autant de temps.

Nous allons être obligés d’aborder la question sous l’angle des organes touchés :

  • L’os : sa déminéralisation due à la diminution de l’absorption intestinale et à la réabsorption tubulaire du calcium ainsi que la lyse protéique engendrées par les corticoïdes provoque une fragilité osseuse.

    Il est souhaitable de mettre en place une supplémentation en calcium, phosphore avec un rapport phosphocalcique équivalant à celui utilisé pour les chevaux âgés et si nécessaire en vitamine D et enfin de vérifier l’intégrité du foin afin d’être assez sûr de la teneur en vitamine K.

    Cette faiblesse osseuse ne peut être complétement supprimée même après une réadaptation alimentaire mais au moins, le cheval ne souffrira que tardivement d’une thérapie sur plusieurs mois ou années.
     
  • Les muscles : l’augmentation du catabolisme protéique est problématique puisque le site avec le turn-over le plus important est le muscle. La fonte musculaire est assez inévitable et pour un retour à la normale l’alimentation doit apporter davantage de protéines que ce soit au niveau qualitatif ou quantitatif et il faut entamer un travail de remusculation lent et progressif.
     
  • Les masses graisseuses : elles vont revenir à la normale progressivement. Un apport de lipides de bonne qualité et une reprise lente du travail permettront d’assurer une récupération sans prendre de grand risque.
     
  • Le foie : Le métabolisme va revenir à la normale mais pendant un minimum de 3 semaines, il faut toujours considérer le cheval comme étant insulino-résistant.
     
  • Le rein : cet organe doit être stimulé de manière à éliminer rapidement les excédents d’eau grâce à la pierre à sel et un drainage rénal après au moins 1 semaine d’arrêt du traitement.

Les questions les plus simples ont assez régulièrement une réponse complexe !

François Kaeffer

N'hésitez pas à profiter de notre service d' établissement de bilans nutritionnels personnalisés pour votre cheval ou votre écurie en cliquant sur l’onglet « Demander un bilan nutritionnel » en haut de cette page ou en vous connectant sur notre site

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval en concours. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval en concours. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :