Mon cheval mange les crins d’un autre

Publié le par Catherine KAEFFER. Editions Alpha et Omega

Qu’est-ce qui peut amener un cheval à manger les crins d’un congénère ?

En fait, l’explication n’est pas simple et peut être multifactorielle mais il y a deux grandes pistes à explorer.

L’aspect comportemental

Le cheval peut prendre l’habitude de groomer son congénère avec vivacité, au point de lui arracher les crins. L’autre peut particulièrement apprécier au point de l’inciter à continuer, notamment, si pour une raison ou une autre, sa crinière le démange beaucoup. Dans ce cas, le comportement est amical, même s’il est délétère pour l’esthétique.

On peut avoir la même chose en nettement moins sympa. Le cheval qui arrache les crins, est à la base un peu agressif à la limite de la morsure et établit sa domination sur l’autre qui se laisse faire plus ou moins. Petit à petit, cela peut devenir un rituel de soumission surtout si le cheval arracheur y trouve un certain plaisir ou défoulement. On arrive là à une situation de bouc émissaire ou de souffre-douleur qu’on retrouve chez d’autres animaux. Cela peut d’autant plus facilement s’installer qu’à la base, le cheval dominé ne souffre pas et donc a plus tendance à laisser faire l’autre.

On est alors dans les mêmes ressorts que l’automutilation ou les stéréotypies à la différence près que c’est d’un individu vers l’autre et non d’un individu vers soi.

L’aspect alimentaire

Une crinière, c’est salé parce que cela a emmagasiné de la poussière et surtout de la sueur. On peut donc observer ce type de comportement chez des chevaux qui recherchent du sel. Dans ce cas, on peut même avoir deux chevaux qui se mangent la crinière l’un l’autre. Souvent on a d’autres comportements comme de lécher les portes (surtout aux endroits sales) ou les pierres.

Enfin une crinière, c’est de la kératine donc une protéine contenant des acides aminés soufrés. Dans certains cas de grande famine, cela peut être un moyen de recycler une denrée rare. On a le même cas chez certains oiseaux dont la carence en protéines notamment animales peut engendrer le pica où un individu se fait littéralement manger les plumes par les autres. Mais heureusement, ce cas est exceptionnel de nos jours.

Catherine Kaeffer

Découvrez le guide Améliorez, Comprenez, Testez votre relation réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Grooming entre deux chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Grooming entre deux chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :