Aliment avec et sans céréales pour les chevaux : avantages et inconvénients à court et long terme

Publié le par Catherine Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Une querelle divise actuellement le monde du cheval : le choix de l’aliment avec ou sans céréales. Il y a ceux qui n’utilisent que le premier, ceux qui ne jurent que par le second et beaucoup de personnes qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Alors essayons d’y voir un peu plus clair.

Avantages et inconvénients à court terme

Aliments avec céréales :

Beaucoup de produits existent sur le marché. On a donc un choix varié au niveau des formules, des facilités d’approvisionnement et de la proximité. Ils sont souvent très appréciés des chevaux. Ils sont intéressants pour les chevaux à forts besoins. L’apport d’énergie se fait par la voie des glucides qui sont bien digérés (à condition que la quantité apportée par repas reste raisonnable) et métabolisée avec peu de déchets pour l’organisme. Ce sont des produits stables et faciles à conserver.

Certains chevaux les supportent mal soit sur un plan digestif (ulcères, dysmicrobisme) soit sur un plan métabolique (PSSM, fourbure en cas d’abus) voire allergique. Pour d’autres, il y a un risque d’obésité. On les accuse en cas d’utilisation abusive d’être un facteur favorisant des troubles articulaires chez le jeune cheval. Si la supplémentation ou l’équilibrage du produit n’est pas correct, il y a un risque de déficit en calcium.

Aliments sans céréales :

Ce sont des produits plus proches de l’alimentation naturelle du cheval si on choisit ceux qui ne contiennent que peu de matières grasses. Mais dans ce cas, ils sont peu adaptés aux chevaux à forts besoins sauf pour compenser partiellement un apport de fourrage insuffisant.

L’ajout de matières grasses permet d’augmenter leur apport énergétique pour les adapter à des chevaux à besoins plus importants mais leur fait largement perdre leur caractère naturel. La digestion des lipides est bonne mais leur métabolisation produit des radicaux libres. Les produits à haute teneur en matières grasses doivent être stabilisés souvent avec de la vitamine E pour éviter leur rancissement. Ils peuvent accentuer les carences séléniques si la complémentation est insuffisante.

Avantages et inconvénients sur le long terme

Aliments avec céréales :

L’utilisation d’aliments avec céréales provoque des pics glycémiques, plus ou moins importants selon la quantité et la nature de l’amidon et des sucres. A long terme, ces pics sont accusés de favoriser l’insulino-résistance, le syndrome métabolique équin et des soucis hépatiques. Ils restent cependant bien tolérés par la plupart des chevaux à condition qu’ils soient utilisés de façon raisonnable.

Aliments sans céréales :

L’utilisation des aliments sans céréales de façon massive est trop récente pour qu’on puisse savoir quels pourraient en être les effets à 15 ou 20 ans sur la santé du cheval. Certains professionnels pensent qu’on pourrait avoir des effets à long terme sur le foie ou le vieillissement des tissus du fait des radicaux libres. On pourrait aussi avoir des effets négatifs dans le cas où ces aliments sont utilisés sur des poulains trop jeunes. Mais ce ne sont que des hypothèses qui ne pourront être confirmées ou infirmées que dans 10-15 ans, délai nécessaire pour avoir assez de recul sur la question. Pour l’instant, nul ne peut dire si leur utilisation sur le long terme est bonne ou néfaste pour le cheval. Tout n’est qu’une question de conviction personnelle.

Catherine Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval. Techniques d'élevage. Editions Alpha et Oméga. Tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage. Editions Alpha et Oméga. Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :