La soupe chez les chevaux : impact alimentaire

Publié le par François Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Parmi les méthodes particulières dans l’alimentation des chevaux, il existe la « soupe ».

La « soupe » se caractérise par le délitement de granulés dans l’eau afin d’obtenir un aliment liquide. Cela présente plusieurs avantages :

  • Un cheval âgé, sans dents ou avec une dentition insuffisante, peut continuer de se nourrir. Ce peut être aussi une solution suite à une opération ou pour les chevaux qui font très facilement des bouchons œsophagiens.
  • Cela permet une hydratation dans le même temps. Cette partie sera vue dans un second temps.

Par contre, cela pose un problème principal : celui de la conservation. En effet, plus un aliment est humide plus le développement bactérien est aisé donc il faut préparer un repas à la fois. Une complication logistique et sanitaire puisque nous avons le développement bactérien lors de la préparation et surtout entre les repas, du fait des dépôts sur les parois de nutriments. Un nettoyage régulier de la mangeoire s’impose si le cheval ne termine pas ses repas.

Il existe d’autres problèmes plus minoritaires : la question des pertes et de l’acceptation.

Pour ce dernier point, l’acceptation est plus une question d’adaptation que de véritable acceptation. Le cheval sera surpris par cette présentation mais sa faim et l’absence de douleur liée à la mastication pourra le décider. Cependant, certains chevaux ne s’y font jamais. Si vraiment l’acceptation est un problème, le fait de diminuer légèrement la quantité d’eau peut le résoudre.

La question de l’absence de temps de mastication peut sembler problématique puisque ce processus permet la production de salive tamponnant l’acidité de l’estomac et ce temps est essentiel pour s’assurer le maintien d’un pH moins agressif sur une plus longue période. Heureusement, le remplissage plus rapide de l’estomac oblige à ralentir la prise alimentaire et la dilution des sécrétions gastriques permet de faire remonter le pH. Si ce n’est pas parfait, cela a du moins le mérite de ne pas être trop délétère.

La question des pertes est déjà nettement plus gênante puisque cela suppose que nous en tenions compte dans le calcul de la ration et cela dépend de la quantité de soupe laissée, l’homogénéité, du temps entre la création de la soupe et sa consommation puisque le temps de repos engendre une perte de l’homogénéité avec des dépôts…

Malgré ces problématiques, cette méthode est la plus efficace pour réalimenter un cheval âgé avec des problèmes de dents. Il faut en tenir compte pour ne pas troquer un problème alimentaire pour un problème sanitaire.

François Kaeffer

Découvrez la seconde édition du poster poster La nutrition vitaminique du cheval réalisé par TE : métabolisme, excès, carences…
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Vieux cheval ayant des soucis alimentaires. Techniques d'élevage. Editions Alpha et Oméga. Tous droits réservés

Vieux cheval ayant des soucis alimentaires. Techniques d'élevage. Editions Alpha et Oméga. Tous droits réservés