Alimentation de l’âne : besoins en minéraux

Publié le par Anne Cat et François

 

Les besoins en minéraux de l’âne sont mal connus… c’est peu de le dire.

 

Pour la première fois, j’ai pu trouver des chiffres « raisonnables » des besoins en minéraux de cet équidé. Ils ne sont pas issus de mesures directes mais sont validés par l’expérience… Bref, ils marchent. On peut donc se baser dessus.

 

Un petit rappel :

 

Le calcium et le phosphore sont les constituants majeurs de l’os et ont tous les deux un rôle métabolique important. Les os servent de réservoir au calcium et au photophore, quand les niveaux d’apport alimentaire de ces éléments sont trop bas. Si les déficiences se prolongent, les os se déminéralisent.

 

Sur des ânes en croissance, une carence en calcium et en phosphore produit une déformation permanente des os et fragilité osseuse.  Pour les ânesses en lactation, le petit sera prioritaire sur la mère et donc ce sont ses os à elle qui seront fragilisés.

 

Un régime en excès de phosphore entrave l’absorption du calcium qui peut donner un hyperthyroïdisme secondaire (ostéofibrose ou maladie de la grosse tête).

 

Cela peut arriver assez facilement par distribution dans nos pays de son (d’où son autre nom de « maladie des ânes du meunier » car le son, moins prisé en alimentation humaine, leur était distribué généreusement). Dans les pays en voie de développement, on observe le même phénomène avec des régimes riches en son de riz ou en graine de coton (coton seed) qui sont donnés fréquemment aux ânes.

 

Par ailleurs, les herbes tropicales communes comme le Panicum maximum, Setaria anceps, Digitaria spp., Pennisetum clandestinum, Cendhrus ciliaris ont de hauts taux d’oxalate qui peut interférer avec l’absorption du calcium. Chez nous, on peut penser au Rumex (Grande Oseille) qui est dans le même cas.

 

Bien que la fourniture de pierres à lécher ne soit pas la panacée car il est souvent difficile de connaître et de manager les quantités ingérées, c’est souvent la seule solution pratique pour les propriétaires d’ânes. Pour les ânesses allaitantes et les ânons, elle est cependant insuffisante surtout pour les races de grande taille.

 

Les pierres à lécher pour chevaux peuvent être utilisées mais généralement pas les seaux qui contiennent souvent d’autres produits (céréales, luzerne, mélasse…). Pour les ânes, l’apport de minéraux doit être donné avec le moins d’énergie possible.

 

Les tables pour les ânes sont données pour 100 kg de poids vif. En effet, il existe des ânes de format très différent, entre les miniatures et les baudets du Poitou. Si on ne peut pas le peser, il faut donc estimer le poids de l’âne. Les équations « cheval » ne donnent pas un résultat juste, les deux espèces ayant des conformations différentes. Bien utiliser les équations « âne ».

 

Attention, si on a un âne obèse, il faut corriger son poids pour prendre en compte son poids normal et non son poids actuel.

 

Âne à l’entretien (pour 100 kg de poids vif et par jour) :

 

Calcium : 4 g ; Phosphore : 3 g ; Magnésium 1,5 g ; Sodium : 2 g ; Fer : 60 mg ; Cuivre : 20 mg, Zinc : 60 mg ; Sélénium : 0,15 mg ; Iode : 0,5 mg.

 

 

Âne au travail (pour 100 kg de poids vif et par jour) :

 

Calcium : 6 g ; Phosphore : 4 g ; Magnésium 1,9 g ; Sodium : 2,8 g ; Fer : 60 mg ; Cuivre : 20 mg, Zinc : 60 mg ; Sélénium : 0,15 mg ; Iode : 0,5 mg.

 

 

Ânesse au dernier trimestre de gestation (pour 100 kg de poids vif et par jour) :

 

Calcium : 7 g ; Phosphore : 5 g ; Magnésium 1,5 g ; Sodium : 2,2 g ; Fer : 75 mg ; Cuivre : 25 mg, Zinc : 60 mg ; Sélénium : 0,15 mg ; Iode : 0,6 mg.

 

 

Ânesse allaitante (pour 100 kg de poids vif et par jour) :

 

Calcium : 12 g ; Phosphore : 8 g ; Magnésium 2,3 g ; Sodium : 2,6 g.

 

 

Ânon en croissance (pour 100 kg de poids vif adulte et par jour) :

 

Attention, comme pour les chevaux, les besoins sont rapportés au poids que fera l’animal adulte et non à son poids actuel.

 

Calcium : 8 g ; Phosphore : 4 g ; Magnésium 1 g ; Sodium : 1,1 g ; Fer : 39 mg ; Cuivre : 13 mg, Zinc : 31 mg ; Sélénium : 0,1 mg ; Iode : 0,3 mg.

 

 

Vous noterez qu’on retrouve peu ou prou les rapports phosphocalciques traditionnels chez le cheval de 1,5 et de 1,8 suivant les circonstances. Ils sont donc applicables à l’âne aussi.

 

A bientôt.

 

Catherine Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Alimentation de l’âne : besoins en minéraux