Alimentation et éducation du jeune

Publié le par Anne et Cat

 

A priori il n'y a aucun rapport entre l'alimentation et l'éducation. Et pourtant, l'alimentation est un bon moyen d'éduquer son animal sur bien des aspects.

 

L'éducation digestive

 

Du lait, le jeune mammifère passe au solide. Cette phase est souvent associée à une crainte des conséquences du sevrage d'un point de vue digestif.

 

On a donc tendance à donner une alimentation unique basée sur un type (croquettes, pâtée, granulés, pellets de foin...), une marque voire une composition... en oubliant que le tube digestif du jeune n'est pas celui de l'adulte et qu'il doit encore se faire.

 

Prenons le cas de la rumination, un phénomène qui n'existe pas chez le veau nouveau-né. Il nécessite donc une « mise en route ».

 

Et si elle se fait trop tard, on obtient une incapacité du jeune bovin à l'effectuer.

 

Les aliments non remâchés sont donc mal digérés et le résultat est un animal faible, maigre, en retard de croissance...

 

Or, pour qu'un veau apprenne à ruminer, il faut qu'il mange une quantité suffisante de fourrage (le grignotage ne suffit pas), chose qu'il ne fera que si les granulés ne lui apportent pas tout ce qu'il lui faut.

 

Pour l'évolution du tube digestif du poulain, je vous renvoie aux articles de Cat sur le sujet : l'évolution du TD du poulain entre 0 et 24 heures et jusqu'à 18 mois.

 

Pour les carnivores, le problème est certes moins visible, mais il existe néanmoins.

 

Pour digérer du lait, il faut un arsenal précis d'enzymes et il s'avère que ces enzymes sont incapables de digérer une croquette et encore moins un morceau de viande !

 

Mieux encore, digérer une croquette ou de la pâtée, ce n'est pas digérer un morceau de viande ou des légumes. En effet, les fibres longues, les os, la couenne, les poils résiduels... tous ces éléments sont absents des croquettes ou des pâtées. Mais les additifs, les colorants alimentaires, certaines graines, certains légumes... sont rarement présents hormis dans une alimentation à base de croquettes ou de pâtée.

 

L'alimentation unique du jeune donnera donc un animal sélectionné sur le plan digestif et donc plus susceptible de développer des troubles en cas de changement.

 

L'éducation gustative

 

Les jeunes animaux sont curieux, ils goûtent tout et se forment ainsi un répertoire du bon goût. A partir d'un certain âge, les déconvenues se faisant nombreuses, le petit associe de plus en plus la nouveauté au danger... les nouveaux goûts entrent dans cette catégorie.

 

Ce phénomène est d'autant plus marqué que l'alimentation de l'animal a été monotone.

 

Un animal habitué depuis son plus jeune âge à la nouveauté positive gardera une certaine curiosité que l'on pourra exploiter ensuite pour lui faire changer d'alimentation.

 

Et quel meilleur moyen pour lui faire découvrir de nouveaux goûts que de lui donner accès à l'alimentation des adultes ?

 

L'éducation sociétale vis-à-vis des congénères

 

Voler dans la gamelle des adultes... un exercice périlleux qui apprendra au jeune les codes de l'espèce comme la soumission, l'agression, la demande respectueuse, la plainte, la menace, l'égalité, la tolérance... des notions qui lui seront très utiles pour communiquer par la suite avec ses congénères.

 

Pour développer cette science, il faut de la motivation. La gourmandise n'est souvent pas assez forte, de même pour la curiosité, mais la faim, oui.

 

Les échecs font partie de l'apprentissage. On veillera donc à ce que le petit ne paie pas trop cher son apprentissage en maintenant une faim suffisante mais non pénalisante. Pour prendre une comparaison anthropomorphique, il ne s'agit nullement de l'affamer en le privant de son repas... mais de le laisser gagner sa « mousse au chocolat » à la sueur de son front !

 

L'éducation sociétale vis-à-vis de l'homme

 

Si le petit n'a pas de succès avec les adultes, c'est vers vous qu'il se retournera. Profitez de cette aubaine pour lui apprendre des notions simples d'éducation : savoir se tenir, ne pas exiger ni quémander mais demander correctement...

 

C'est aussi un moyen de rendre les séances de dressage ou d'éducation plus attractives pour le petit tout en lui donnant des récompenses utiles pleines de vitamines, de minéraux... ou de sensations nouvelles.

 

Une leçon de vie

 

Souvent « parent pauvre » du dressage et de l'éducation, la leçon de vie est à mon sens la plus importante pour un jeune animal. Et la nourriture peut tout à fait vous aider à la lui enseigner.

 

La vie n'est pas instantanée, gratuite, uniquement plaisante... elle demande des efforts, de la patience, de la pondération et peut parfois ne pas donner ce que l'on désire...

 

Cette leçon de vie apportera de la sérénité à votre animal une fois adulte qui profitera mieux de la vie. D'un point de vue plus vétérinaire, cela vous évitera le stress, l'anxiété, les auto-mutilations, les syndromes d'hyper-attachements, les dépressions...

 

De la nourriture visible, inaccessible (pour des raisons physiques, psychiques)... et la faim qui tiraille les entrailles fusse pendant quelques instants. Voilà un bon moyen de l'apprendre.

 

Mise en application

 

Une mise en application simple est de donner au jeune un repas calculé au plus juste non accessible aux adultes. Puis de laisser le jeune se débrouiller pour la complémentation. L'éducation et le dressage se feront alors tout seuls, grâce à votre comportement et à celui des autres adultes.

 

Au fur et à mesure que le jeune grandit et apprend, on pourra corser l'exercice en demandant à l'animal d'attendre devant sa gamelle 10 secondes avant de manger.

 

Par la suite, on diminuera la quantité donnée au jeune en absence des adultes afin qu'il apprenne à garder sa gamelle ou à faire gamelle commune.

 

Enfin, il convient de ne jamais céder aux caprices mais d'en tenir compte pour l'ajustage de la quantité donnée.

 

A bientôt,

Anne Kaffer

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Chiot dans un salon. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Chiot dans un salon. Techniques d'élevage. Tous droits réservés