Améliorer la qualité du sabot. La biotine est-elle intéressante ?

Publié le par Anne Cat et François

 

La cure de biotine pour les sabots de mauvaise qualité : Certains ne jurent que par ça, d'autres sont plus sceptiques.

 

Techniques d'élevage s'est penché sur la question.

 

La corne est principalement constituée de kératine, protéine spécialement riche en cystine qui est un acide aminé soufré synthétisé à partir de cystéine grâce au rôle adjuvant du zinc, du cuivre et de la vitamine A.

 

Donc si vous voulez un beau sabot, première règle, il convient de prévenir toute carence alimentaire en cystéine ou en son précurseur la méthionine qui est un acide aminé indispensable car non synthétisé par le cheval.

 

En fait, si le premier acide aminé limitant est la lysine, le second est généralement la méthionine d'où l'importance de la qualité des protéines de la ration.

 

Avec une ration équilibrée, l'apport de vitamine H (biotine) à une dose proche de 15 mg/j pendant 6 à 10 mois, contribue à améliorer la vitesse de croissance et la dureté des sabots. Les études l'ont montré.

 

Donc pour obtenir un bon sabot, il faut :

 

Des protéines de bonne qualité assez riches en méthionine et en cystéine. A cet égard, la source de la matière azotée est importante. Les protéines des céréales sont plus riches en méthionine + cystéine (orge, 4,0 % de la MAT, avoine 5,0 % ) que celles apportées par la luzerne (2,8 %) ou le tourteau de soja (2,9 % ). Si on a affaire à un cheval ayant terminé sa croissance, donc pas de problème de couverture des besoins en lysine, il vaut mieux, pour la qualité des sabots, apporter les protéines via les céréales que par l'utilisation de foin de luzerne ou de tourteau de soja.

 

Du cuivre (+ de 150 mg/j. Impossible sans une complémentation adaptée sur la plupart de nos sols y compris dans les grandes régions d'élevage),

 

Du zinc (+ de 400 mg/j). Carence fréquente mais non systématique à vérifier par le calcul.

 

De la vitamine A. Les risques de carences sont essentiellement en fin d'hiver sachant qu'il y en a de moins en moins au fur et à mesure que le temps de stockage du foin augmente. Au pâturage aucun problème.

 

Cela permet une protection de l'épithélium kératogène et la création des ponts disulfures.

 

Ce n'est que si tous ces apports sont respectés que l'apport de biotine pourra être efficace. Sinon, c'est un emplâtre sur une jambe de bois. Cela explique aussi que certains vous diront que la biotine a bien marché pour eux et d'autres que cela ne marche pas. 

 

Les excès de calcium, assez fréquents dans les rations non corrigées avec fourrage exclusif ou s'il y a des apports exagérés de foin de luzerne, en bloquant l'absorption du Cu et du Zn, détériorent la corne.

 

Enfin les supplémentations abusives et répétées en sélénium qui est un antagoniste des composés soufrés, peut perturber la qualité de la corne (maladie alcaline).

 

A bientôt

 

Cat

 

Pied antérieur d'un cheval gris. Copyright Techniques d'élevage. Nantes