Etamsylate : médicament de première urgence en cas d'hémorragie

Publié le par François

 

Pour nos animaux aussi, les accidents arrivent sans prévenir. Alors, nous avons tous dans notre pharmacie vétérinaire, de quoi faire face aux petits bobos. Malheureusement, parfois c'est plus sérieux.

 

En cas d'hémorragie, la première réaction est la compression. Cependant, elle n'est pas toujours possible.

 

Par exemple un chien renversé par une voiture, a toutes les « chances » de vous faire une hémorragie interne et vous ne pouvez rien faire pour la ralentir afin qu'il tienne le choc le temps de l'emmener jusqu'au vétérinaire.

 

Parfois, on est dans une situation à risque hémorragique, risque qui se réalisera ou non. C'est le cas des mises-bas.

 

Il peut donc être intéressant d'avoir sous la main, un médicament antihémorragique d'urgence qui permet, encore une fois, d'avoir un peu plus de ce temps si précieux pour intervenir.

 

L'un des plaisirs du pharmacien ou de l'amateur du médicament est de regarder les molécules et leurs utilisations dans les élevages. C'est ainsi que nous avons découvert l'étamsylate (Hemoced®).

 

L'étamsylate est un anti-hémorragique, en cela rien d'exceptionnel, mais son mode d'action est mal compris. Le plus intriguant est la fiche de produit : peu d'effets indésirables, de contre-indications et avec cela, la mention : « ne peut être délivré que sur ordonnance » laquelle doit être conservée 5 ans !

 

Étrange...

 

Ce produit est indiqué chez les équins, bovins, ovins, caprins, chiens et chats dans les cas de :

 

  • Traitement des hémorragies chirurgicales, accidentelles, obstétricales et gynécologiques.

     

  • Prémédication chirurgicale.

     

  • Traitement symptomatique des maladies hémorragiques : coccidioses bovines, dysenterie du veau, entérotoxémie des agneaux, purpuras (tâches rouges apparaissant sous la peau et ne disparaissant pas sous la pression), hématomes, cystites hémorragiques et épistaxis.

     

 

Essayons de lever une partie du voile. On a trois étapes dans la coagulation :

 

  • L'hémostase primaire : formation d'un « clou plaquettaire » c'est-à-dire un agglomérat de plaquettes pour boucher la sortie de sang.

     

  • La coagulation plasmatique : via les facteurs de la coagulation, on a un renforcement du clou plaquettaire par la production de fibrine.

     

  • La fibrinolyse : c'est la dégradation progressive du caillot sanguin (thrombus) après la cicatrisation.

 

Notre produit influence le temps de saignement lequel correspond au temps nécessaire pour la formation d'un agglomérat suffisant pour arrêter le sang. Ce temps est diminué de 40 % ce qui est considérable.

 

L'étamsylate ne touche que la première phase de la coagulation.

 

Lors d'un traumatisme, on a activation, via des cascades biochimiques, des macrophages et compagnie. Ces cellules vont elles-même produire des molécules telles que certaines prostaglandines et les leucotriènes. Ces deux types de molécules servent pour l'agglomération des plaquettes.

 

Il est temps de voir le mécanisme d'action de l'étamsylate (réservé aux givrés !!)

 

  • L'augmentation de la production de P-sélectine dans les plaquettes et les cellules endothéliales et de l'expression de la P-sélectine glycoprotéine ligand 1 (PSGL-1) dans les leucocytes. Ces molécules sont essentielles pour l'hémostase primaire.

     

  • Les fonctions liées à l'acide arachidonique : cet élément produit soit les prostaglandines et thromboxanes soit les leucotriènes. L'étamsylate améliore la production de l'acide arachidonique mais cela se complique car pour obtenir les prostaglandines, il faut passer par d'autres enzymes qui, elles, sont inhibées par l'étamsylate (le détail qui tue : il n'y aucune action sur la cyclo-oxygénase). On a donc un surplus de certains thromboxanes et des leucotriènes (important pour les effets secondaires).

 

Les effets secondaires, justement, sont connus essentiellement chez l'homme avec fièvre, de céphalées, d'éruptions cutanées et de troubles digestifs (nausées, vomissement ou diarrhée). De plus, en raison de la présence de sulfites, on a un risque de réactions allergiques, y compris réactions anaphylactiques, allant du rash au choc anaphylactique, et des bronchospasmes (sans doute liés à la surproduction des leucotriènes).

 

La contre-indication est l'animal hypersensible à l'étamsylate et/ou aux sulfites. Cependant, même si les études ne montrent pas d'effet sur le fœtus, il est déconseillé en cas de gestation. Ces deux points sont les seules raisons de telles précautions.

 

Si lors d'un accident, vous venez à utiliser ce produit, il n'enlève pas une bonne compression lorsqu'elle est possible.

 

Bref, cela nous semble un médicament intéressant surtout pour les éleveurs, les propriétaires de nombreux animaux ou ceux qui participent à des compétitions sportives.

 

Et si une fois acheté, il vieillit tranquillement dans votre armoire à pharmacie jusqu'à passer sa date de péremption, je gage que vous le ramènerez à votre pharmacien avec le plus grand sourire !

 

François

 

Risques d'hémorragie chez les animaux domestiques : Hemoced Etamsylate. Copyright Techniques d'éleva

Publié dans Pharmacie, Urgence-Orphelin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :