L'hyperthermie, un coup fumant !

Publié le par François

 

Après l'hypothermie, voici l'hyperthermie, à ne pas confondre avec la fièvre. La fièvre est une réponse physiologique à une infection, le système immunitaire va rectifier la température « normale » au dessus de 37°C (suite dans un prochain article...). L'hyperthermie est liée à un défaut de régulation de la température corporelle.

 

Le corps produit sa chaleur par le travail. En effet, les réactions chimiques, permettant d'obtenir l'énergie nécessaire au travail, produisent de l'énergie libre sous forme de chaleur. Le corps n'utilise pas son énergie stockée pour avoir directement de la chaleur, d'où les frissons (contractions musculaires involontaires).

 

Un effort musculaire, une activité cérébrale (c'est vrai, ça fume !), la croissance... tous entraînent un besoin énergétique et donc, pour obtenir cette énergie, une libération de chaleur.

 

Notre organisme doit se refroidir en cas de surproduction de chaleur, pour cela, plusieurs types de perte sont possibles par :

  • la sueur : ce qui induit une perte en eau,

  • la respiration : on inspire de l'air froid et on expulse de l'air chaud,

  • la dilatation des vaisseaux sanguins.

 

Dés que les moyens de refroidissement sont dépassés, la température corporelle s'élève. Il existe plusieurs causes d'hyperthermie :

  • l'hyperthermie d'effort : l'effort musculaire trop intense (production de chaleur dépassant les capacités de refroidissement de l'organisme) et/ou trop prolongé (déshydratation, perte saline...). Les trotteurs, les chiens (ils ne transpirent que par les coussinets)... les sportifs de façon général sont les grands champions de ce type d'hyperthermie ! Félicitation !

  • le « coup de chaleur » est une hyperthermie d'ambiance : lors d'une exposition prolongée à une chaleur environnementale élevée. Il peut y avoir combinaison d'un effort intense et d'un milieu chaud, ne faisons pas les choses à moitié !

  • La déshydratation : cause ou conséquence d'une hyperthermie car une déshydratation va amener une diminution de la sudation (limitant encore les déperditions de chaleur). Les personnes âgés et les jeunes enfants sont les plus susceptibles d'avoir ce type de cause d'hyperthermie.

  • Le syndrome malin des neuroleptiques est une complication survenant chez des patients traités par neuroleptiques (généralement lors du premier mois) par perturbations de la thermorégulation.

  • Les autres sont des causes toxiques, médicamenteuses (diurétiques...) ou endocriniennes. L'hyperthermie maligne chez les porcs est d'ailleurs une cause de mortalité : la taille des muscles étant bien supérieure à la normale grâce à la sélection, les muscles vont pour chaque effort produire une quantité de chaleur supérieure pouvant dépasser les capacité du porc à refroidir, donc coup de chaleur puis mort.

 

Les symptômes sont :

  • lors d'une installation progressive de l'hyperthermie : des maux de tête, une fatigue intense, nausées, chutes de tension, une température corporelle entre 38.5 et 40°C, des troubles neurologiques modérées. Réversible si c'est traité rapidement et efficacement. Ces symptômes ne sont que trop souvent ignorés.

  • Le « coup de chaleur » véritable pouvant survenir après un effort intense dans des conditions défavorables ou survenir comme le dernier stade de l'hyperthermie progressive : maux de tête intenses, convulsions, troubles neurologiques (perte de conscience, confusion...), une température corporelle au dessus de 40°C. L'évolution est très grave même en cas de réanimation ( le décès reste toujours possible)!

 

Comme on dit : « mieux vaut prévenir que guérir ». Alors pour les chiens, en particulier ceux ayant besoin d'exercice physique (boxer, husky...), en été, le mieux est de les faire jouer dans l'eau (de plus, jouer dans l'eau est plus difficile physiquement et peut donc être une méthode de musculation). Sinon, si possible, à l'ombre et les faire boire souvent (toutes les 30 minutes ou toutes les heures) mais à sa soif.

 

Pour les cas d'hyperthermie, dès les premiers signes de malaise, arrêt complet de l'actvité, la boisson peu mais souvent au début puis à volonté (il faut éviter les vomissements qui aggraveront la déshydratation), mettre à l'ombre ou directement à l'eau ! Attention , pas une eau trop froide si vous le douchez (25-27°C, c'est l'idéal). Il vaut mieux doucher les parties, comme la tête, très vascularisées.

 

J'espère que vous ferez un chaleureux accueil à ce nouvel article !

 

Francois Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Poneys shetland au travail. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Poneys shetland au travail. Techniques d'élevage. Tous droits réservés