La diarrhée dans tous ses états

Publié le par Anne et Cat

 

Rien de plus classique qu'une diarrhée, d'ailleurs qui n'en a jamais eu ? Et pourtant, ce terme banal désignant un phénomène tout aussi banal ne montre pas les différents mécanismes qui aboutissent à ce résultat (tout un poème... peut-être pas... en tout cas, tout un article !)

 

On a trois grands moyens d'avoir une diarrhée, et ils vont être décrits par un adjectif (non content de vous faire de la physiologie peu ragoutante, on vous fait du français... la poisse !) :

  • la diarrhée d'hypersécrétion

  • la diarrhée osmotique

  • la diarrhée par augmentation de la perméabilité

 

La diarrhée d'hypersécrétion est provoquée par une perte en eau et en électrolytes. Il n'y a pas de trouble de la perméabilité de la membrane intestinale (les molécules qui passaient continuent à passer, celles qui ne passaient pas, ne passent toujours pas !) ni de la capacité d'absorption (les villosités intestinales sont intactes), ni de la différence de concentration de part et d'autre de la membrane intestinale. Certaines toxines (bactériennes essentiellement) provoquent ce genre de diarrhée.

 

Oui, et alors ? On a une perte en eau comme dans toutes les diarrhées mais aussi une perte en électrolytes donc une sensation de soif faible voire inexistante... Pourtant l'animal est déshydraté, le volume sanguin diminue (il y a moins d'eau) ce qui entraîne des chutes de tension et une augmentation du rythme cardiaque.

 

Il faut donc se charger de le réhydrater sans en arriver à l'entonnoir dans la bouche ! Voici quelques techniques pour augmenter la ration d'eau journalière : le barbotage (chez les chevaux), humidifier les croquettes voire passer à la pâtée ou faire une soupe pour les chiens et les chats.

 

La diarrhée osmotique : que du bonheur ! Ce type de diarrhée est dû à une différence de concentration de molécules ou d'électrolytes entre le sang et la lumière intestinale. Cela arrive lors d'une absorption trop faible de molécules et/ ou d'électrolytes ou une quantité telle que l'on surpasse les capacités d'absorption de l'intestin. Cette différence va entraîner une libération d'une grande quantité d'eau dans l'intestin.

 

Ici, l'animal aura soif et un accès illimité à l'eau est donc nécessaire. L'apport par l'alimentation d'eau supplémentaire ne lui fera pas de mal.

 

« Jamais deux sans trois » comme on dit. Mais on peut dire aussi « qu'un malheur ne vient jamais seul », cependant restons gais !

 

La diarrhée par augmentation de la perméabilité provient de la destruction des cellules intestinales donnant des « trous » dans l'intestin. Au début, seules de petites molécules passent puis si cela continue des molécules de plus en plus grosses voire du sang.

 

La présence de filets de sang (marron ou rouge) dans les selles est grave. En effet, elle signifie que des cellules ont été détruites. Cette destruction est très majoritairement due à un agent pathogène et donc il y a risque de passage de cet agent dans la circulation sanguine avec une septicémie.

 

Le pus (filaments jaunâtres) est aussi un facteur de gravité mais, dans ce cas, on est sûr que c'est une bactérie.

 

La consultation chez le vétérinaire est indispensable en cas de sang ou de pus dans les selles !

 

Bon appétit !

 

François. 

Publié dans Physio-pathologie