La poudre cordiale, un remède... ancien

Publié le par Anne et Cat

 

Après les grands classiques, plongeons dans le très ancien donc voici une préparation datant du XVIème siècle : la poudre cordiale. Cette poudre était utilisée dans le « mal du feu » autrement dit une hépatite aigüe idiopathique. Traduction : hépatite brusque d'origine inconnue. Il faut savoir que lors d'une hépatite, on a 50-60% de morts voire jusqu'à plus de 85%.

 

Elle est constituée de :

  • baies de laurier sauce (4 onces)

  • réglisse (4 onces)

  • gentiane (4 once)

  • aristoloche (4 onces)

  • myrte (4 onces)

  • raclure de corne de cerf (4 onces)

  • semence d'ortie (4,5 onces)

  • hysope (1 once)

  • agave (1 once)

  • rhubarbe (1 once)

  • clou de girofle (1 once)

  • noix de muscade (1 once)

 

Nous nous retrouvons entre le pudding à l'arsenic dans Astérix et le bouillon de sorcière ! La raclure de corne de cerf n'arrange pas vraiment l'affaire ! Mais nos ancêtres ne sont pas stupides et ont constaté des effets positifs sur la santé du cheval alors examinons plus avant.

 

L'hépatite aigüe se manifeste par une constipation, une fièvre, une tête lourde, pesante et abrutie, une perte d'appétit, voire une tombée de poils et de crin telle que décrite au XVIIIème siècle.

 

Baies de laurier sauce : cette plante améliore la digestion et est utilisée contre la fatigue.

 

Réglisse : antiulcèreuse, spasmolytique, rafraîchissante. L'ajout de réglisse permet de combattre la constipation.

 

Gentiane : cholagogue (facilite l'évacuation de la bile), cholérétique (stimule la production de la bile), et antipyrétique (combat la fièvre), parfaite pour améliorer la sécrétion de bile et limiter la fièvre.

 

Aristoloche : cicatrisant utilisé contre les ulcères. Cette plante est cependant toxique et doit donc être évitée en auto-médication.

 

Myrte : astringent (absorbe l'eau), anti-inflammatoire, antiseptique et rafraîchissante.

 

Raclure de corne de cerf : la composition de la corne est complexe, c'est essentiellement des sels calciques.

 

Semence d'ortie : dépuratif, anti-inflammatoire, anti-hémorroïdaire, efficace en cas d'hypercholestérolémie, hyperlipidémie, et excès de triglycéridémie. Les lipides et le cholestérol sont métabolisés, et stockés par le foie, en les limitant on soulage le foie.

 

Hysope : digestif, antispasmodique, astringente et cicatrisante. Elle est connu pour son activité sur la digestion, les flatulences, les spasmes, les ulcères et l'inappétence (perte d'appétit).

 

Agave : une plante utilisée dans les cas d'inflammations intestinales, des yeux, et la jaunisse.

 

Rhubarbe : digestif, astringent, tonique, cholagogue et laxatives.

 

Clou de girofle : digestif, carmitatif (favorise l'expulsion des gaz intestinaux), analgésique et antiseptique.

 

Noix de muscade : carmitatif, et facilite le digestion. Cependant, cette plante est toxique à forte dose.

 

Récapitulons :

 

La maladie touche le foie brutalement mais sur un court terme (affection aigüe). Le foie est un organe qui a la particularité de se régénérer tout seul donc, en lui laissant le temps, le foie se guérira.

 

Le traitement comprend un nombre de plantes astronomique lesquels touchent peu directement le foie. Cependant, cette préparation semblait efficace, alors pourquoi ? Pour éviter les coliques mortelles au cheval qui sont la cause principale du taux de mortalité élevé tout en limitant l'activité du foie.

 

Francois


 

Publié dans Pharmacie