Le cheval doit suivre en main...

Publié le par Anne Cat et François

 

C'est un cheval de 4 ans. Une jeune femme, qui n'a pas 30 ans, le tient en main. Elle marche devant lui et ce qui aurait choqué il y a quelques années est applaudit.

 

Le cheval marche derrière le cavalier, c'est un signe de soumission, le signe que l'humain est son guide.

 

Le cheval cherche à passer à gauche de la jeune femme. Celle-ci le ramène derrière elle, c'est elle la meneuse.

 

Le cheval cherche à passer à droite, une réponse tout aussi sèche lui est retournée. « Reste derrière ! », tu es un cheval et je te guide.

 

Le cheval cherche alors à ralentir l'allure, il se prend un coup dans le licol... ah, non, il n'a pas le droit de traîner.

 

Le cheval chauffe... puisqu'il faut suivre et qu'il ne peut pas engager sa foulée, il trottine.

 

La meneuse raccourcit la longe et se place bien devant lui. Il doit marcher à petits pas.

 

Le cheval s'arrête alors et prend son élan : une foulée de galop et ses antérieurs atterrissent sur les épaules de la meneuse.

 

La meneuse s'effondre, les sabots du cheval frôlent sa tête.

 

Le cheval s'immobilise impassible.

En bon communiquant équin, il avait dit ce qu'il avait à dire. Pas besoin d'en rajouter.

 

Pourtant, la meneuse réitéra son erreur maintes fois... elle était tellement persuadée qu'elle lui enseignerait ainsi le respect qu'elle en avait oublié la méthode de nos ancêtres : mener le cheval à l'épaule.

 

A bientôt,

Anne

Cheval au cabré lors d'un travail en main - copyright : techniques d'élevage