Le foin de Crau est-il vraiment meilleur ?

Publié le par Anne Cat et François

 

Cette question posée par un ami éleveur de chevaux il y a peu, m’a amenée à me pencher sur la réputation excellente, il faut le reconnaître du foin de Crau.

 

La plaine de la Crau se situe dans les Bouches-du-Rhône entre Arles, Salon de Provence et Fos sur Mer. Le climat est favorable à la production d’un foin de qualité, avec des précipitations rares mais abondantes hors saison de récolte (saison pluvieuse de septembre à octobre et de mars à avril), des températures douces en hiver(favorables au maintien de certaines espèces) et chaudes en été (séchage rapide du foin donc minimum de pertes de valeur nutritionnelle, d’autant que la région est venteuse).

 

Le foin de Crau est une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).

 

La flore

 

La flore constitutive est variée. Elle comporte des graminées (Fromental, Dactyle pelotonné, Fétuque des prés, Ray-grass tenu, Houlque laineuse, Pâturin des prés), des légumineuses (Trèfle blanc, Trèfle violet, Lotier corniculé, Luzerne lupuline, Vesce en bouquet) et diverses plantes (Lion-dent changeant, Carotte sauvage, Panais, Pissenlit officinal, Plantin lancéolé, Gaillet mollugine, Renoncule acre).

 

Il s’agit d’une flore certes intéressante mais qu’on est susceptible de rencontrer dans de nombreuses prairies permanentes bien gérées. En cela, c’est évidemment tout différent d’un foin cultivé mono-espèces.

 

Mais est-ce meilleur ? Ce qui est sûr c’est que l’éventualité d’une carence dans un des multiples micro-éléments pour lesquels on n’a froidement aucune idée est moins importante avec une flore variée.

 

La valeur nutritionnelle

 

Sur un plan nutritionnel, comparons le foin de Crau à un foin de Normandie ou à un foin de semi-montagne (Auvergne) (1er cycle épiaison, chiffres INRA).

 

 

 

Crau

Normandie

Auvergne

UFC / kg

0,40

0,46

0,47

MADC g/kg

40

44

45

MO g/kg MS

913

919

928

CB g/kg MS

269

333

324

NDF g/kg MS

566

628

619

ADF g/kg MS

349

363

345

P g/kg MS

3,0

3,1

1,8

Ca g/kg MS

10,0

4,2

3,7

Mg g/kg MS

2,5

2,0

1,7

 

 

Bon, comme je sens qu’à part quelques sympathiques illuminés, cela laisse la majorité d’entre vous perplexes, regardons ce tableau ensemble les yeux dans les yeux.

 

Ce qui ne change pas… ou peu

 

Question apport énergétique (UFC), protéique (MADC), le foin de Crau est légèrement plus pauvre que les deux autres… même si cela ne fait vraiment pas grand chose. Moins en tous cas que la variation entre deux foins de la même provenance.

 

Les fibres

 

La première grande différence est un apport en fibre beaucoup moins élevé : 27 % de cellulose brute contre 32 à 33 % pour les autres. 5 à 6 points de différence, c’est important.

 

Cette différence se retrouve au niveau des parois cellulaires totales (NDF) mais nettement moins au niveau de la fraction la moins digestible (ADF) où le foin d’Auvergne donne des résultats similaires. Donc la baisse porte surtout sur les fibres relativement digestibles et beaucoup moins sur l’indigestible. Cela explique le foin de Crau ne soit pas mieux digéré que les autres foins.

 

Est-ce qu’une faible teneur en fibres est un plus pour le foin de Crau ? Disons que si la teneur en foin de la ration est suffisante, c’est neutre. Au mieux, cela diminue un peu (mais alors un tout petit peu) le volume de la ration, ce qui pourrait faire un moins gros ventre… à condition bien sûr que l’éleveur ne cède pas par ailleurs aux sirènes commerciales de tous poils qui vantent les bienfaits des aliments riches en fibres pour éviter les problèmes digestifs !

 

Par contre, cela participe à son appétence en même temps qu’une teneur en sodium assez élevée.

 

Les minéraux

 

La grande différence entre le foin de Crau et les autres foins est la teneur en minéraux globalement plus élevée et surtout en ce qui concerne le Ca où il est 2 fois à 2,5 fois plus riche que les deux autres.

 

Là, on ne discute pas, les chiffres parlent d’eux mêmes. 1 kg de matière sèche de foin de Crau vous apportent 10 g de calcium alors que cela tourne autour des 4 g pour les autres. Notez à cet égard qu’un foin de luzerne est à 12 g.

 

Est-ce un avantage ? Tout dépend des circonstances.

 

Si vous avez un cheval nourri exclusivement d’herbe et de foin, non. Cela peut même se révéler un inconvénient, l’excès de calcium ayant la fâcheuse tendance à bloquer l’absorption du cuivre et du zinc.

 

Mais si vous avez un régime assez riche en céréales (donc très riche en phosphore et assez pauvre en calcium)… alors là oui !

 

De là vient certainement l’excellente réputation du foin de Crau. Il était traditionnellement vanté dans les écuries de courses, donc écuries où les chevaux avaient de forts besoins et recevaient pour les satisfaire des quantités importantes de céréales. A une époque où les compléments minéraux n’existaient pas encore, le foin de Crau rectifiait tout cela sans coup férir.

 

Reste le climat qui favorise un séchage rapide et donc un moindre risque de développement de contaminations gênantes ainsi que l’engagement de qualité et le sérieux du suivi de la production qui est un plus certain.

 

Ceci étant, l’agriculteur juste à côté de chez vous, sans AOC ni contrôle, bosse peut-être comme un dieu…

 

A bientôt.

Cat

 

Cheval mangeant du foin. Copyright Techniques d'élevage Nantes

Publié dans Alimentation