Le Thrombus : un caillou dans la chaussure !

Publié le par Anne et Cat

 

On voit un cheval avec une faiblesse au postérieur, une boiterie uni- ou bilatérale, des tremblements musculaires, de la transpiration... symptômes atypiques qui peuvent faire penser (surtout après un effort) à des crampes, des courbatures, de la fatigue... Rien de grave en somme.

 

Plus tard, ce même cheval devient intolérant à l'effort. Il montre une faiblesse et des boiteries atypiques guérissant après un court repos... Beaucoup de cavaliers vous recommanderont la plus grande sévérité : le cheval se moque de vous ! Après un court repos, il est de nouveau d'aplomb, alors c'est qu'il a appris à boiter, vous dira-t-on.

 

L'inquiétude commence à gagner : le cheval présente des atrophies musculaires de l'arrière-train, et claudication évidente... Dès cet instant, on tombe dans l'anormalité.

 

Ces trois séries de symptômes correspondent aux trois phases d'une thrombose de l'aorte terminale (au bas du dos). Et ce n'est que lors de la phase sévère que l'on s'inquiète enfin.

 

Ceci n'est qu'un exemple de l'effet d'un thrombus.

 

Un thrombus est l'agrégation de facteurs de coagulation sanguine formant ainsi un caillot de sang. Ce caillot obstrue les vaisseaux sanguins donc toutes les parties irriguées par les vaisseaux bouchés manquent d'oxygène et de glucose.

 

Pour que tout soit clair : un embole est un corps étranger (caillot sanguin, particules de graisse, bulles d'air, amas de bactéries...) qui provoque une oblitération brusque d'un vaisseau sanguin par suite de sa migration (embolie). Un embole possède donc une description plus large que le thrombus. Ici, on peut parler de l'un comme de l'autre : mais restons à thrombus.

 

Un thrombus peut être localisé dans n'importe quel vaisseau sanguin, ce qui amène des conséquences diverses :

  • Au niveau du système vasculaire du cerveau, on obtient un AVC.

  • Au niveau du rein, on a une insuffisance rénale.

  • Pour le poumon, on a une embolie pulmonaire.

  • Pour le cœur c'est un infarctus. C'était le plus grave.

  • Pour le système uro-génital, on obtient du sang dans les urines et des douleurs abdominales.

  • Au niveau des tissus mous ou des vertèbres, une ischémie (un défaut d'oxygénation) (les chiens y sont sujets).

 

Non seulement, la veine ou l'artère touchée permet d'avoir une idée des symptômes mais la localisation dans la veine ou l'artère est importante. Plus la localisation dans l'artère est proche du cœur plus on a de vaisseaux sanguins en manque de sang et donc plus la surface touchée par l'ischémie est importante.

 

Une large gamme de conséquences comme une large gamme de causes : parasitisme (à Strongylus vulgaris), pose d'un cathéter, injection paraveineuse (proche d'une veine), infectieux (les bactéries coagulent le sang autour d'elles pour éviter d'être reconnues par le système immunitaire) et génétique.

 

Le cas du thrombus est donc à garder en tête sans pour autant éliminer d'autres hypothèses.

 

Rien de tel pour se mettre en joie !

 

Francois

 

Cheval franchissant un obstacle au cross de Saumur