Les symptômes liés à un problème hépatique (de foie)

Publié le par Anne et Cat

 

Organe vital doué d'une grande capacité de régénération, le foie est souvent associé uniquement à sa fonction digestive, pourtant de nombreux symptômes peuvent découler d'une atteinte hépatique.

 

Pour chaque symptôme, je préciserai, s'il y a lieu, les espèces ou les caractéristiques des animaux les plus concernés : ce qui n'exclut pas les autres et ne rend pas ce symptôme propre à l'affection chez ces animaux.

 

Mais commençons par ce qui nous vient tous à l'esprit, les symptômes digestifs.

 

Les symptômes digestifs

 

Le foie est un producteur de bile, une substance qui se stocke dans la vésicule biliaire et qui digère les lipides.

 

En cas d'atteinte du foie, on peut donc observer une digestion incomplète ou une absence de digestion des lipides. Les lipides vont donc s'accumuler en tant que tels dans le tube digestif.

 

Le résultat dépend ensuite de l'alimentation de l'animal et se traduit par des symptômes tels que :

 

  • le fécalome : accumulation des fèces déshydratés dans le rectum (Cheval),

  • la diarrhée (Cheval, Bovin),

  • la constipation,

  • la douleur abdominale ou colique,

  • la colique récidivante (Cheval),

  • les douleurs accompagnées ou non d'un prolapsus (retournement et sortie) du rectum (Bovin),

  • l'oedème intestinal ou ventral,

  • la perte d'appétit (Bovin),

  • la perte de poids,

  • l'oedème intermandibulaire (en dessous de la mâchoire inférieure - Bovin)

  • l'éclaircissement des fèces (Jeune Ruminant, Monogastrique non herbivore : chien, chat, furet...).

 

Les symptômes cutanés et oculaires

 

Si la bile digère bien les lipides dans l'intestin, elle peut très bien digérer les lipides de l'organisme. Ainsi, en cas de lésion du foie, si la bile continue à être excrétée, elle va s'attaquer à tous les lipides et donner des symptômes cutanés ou oculaire :

 

  • le prurit (grattage intense et non contrôlé),

  • la dermatite (inflammation cutanée) sévère avec érythème (rougeur),

  • l'oedème (gonflement par accumulation de liquide) sous cutané extensif ou généralisé,

  • l'ulcération de la peau,

  • la formation d'escarres,

  • l'ophtalmie avec larmoiement,

  • la photophobie,

  • l'opacification de cornée.

 

Au-delà de son rôle dans la digestion, le foie joue également un rôle de purificateur et détruit toutes les molécules qui pourraient s'avérer néfastes à long terme ou en grandes quantités pour l'organisme.

 

La phylloérythrine fait partie de ces molécules. Elle est issue de la dégradation de la chlorophylle chez les herbivores et peut s'accumuler dans l'organisme en cas d'atteinte du foie. On observe alors des symptômes similaires à l'attaque des sels biliaires (de la bile) au niveau de la peau et des muqueuses.

 

Une autre molécule qui devrait être éliminée, la bilirubine, provoque un jaunissement des muqueuses et de la peau. Ce symptôme est appelé « ictère ». L'ictère est rare chez la chèvre mais il peut être normal (et non lié à une atteinte hépatique) chez le cheval.

 

Les symptômes circulatoires

 

Le foie régule de nombreux phénomènes à travers la destruction et la fabrication de molécules spécifiques. Notamment dans les phénomènes de coagulation du sang, où le foie fabrique et détruit des facteurs qui la permettent.

 

Une atteinte peut donc donner une crise hémolytique (Cheval) ou au contraire la formation de caillots dans les vaisseaux. Les deux phénomènes pouvant avoir lieu l'un après l'autre à cause de la versatilité de la production dans le foie atteint. La circulation sanguine est donc très perturbée et l'animal atteint pourra présenter des coagulations aberrantes lors de plaies accidentelles ou opératoires.

 

Ce phénomène est encore accru par l'absence de métabolisation du cholestérol par le foie. Le cholestérol s'accumule et « bouche » en partie les vaisseaux sanguins.

 

La suite dans un prochain article « Atteinte hépatique et conséquences : la suite »

 

porcelets meishans - illustration article problème hépatique - copyright : techniques d'élevage

 

A bientôt,

Anne

Publié dans Physio-pathologie