Mon chien ou mon chat intoxiqué à l'ivermectine de mon cheval

Publié le par Anne et Cat

 

Les industries pharmaceutiques ne pensent pas toujours à l'éleveur ou au propriétaire quand il s'agit du traitement anti-parasitaire. Et quand on essaye de faire avaler la pâte à un cheval, un bon pourcentage du produit se retrouve au sol surtout si le cheval n'est pas très coopératif !

 

En général, dans les écuries, on a une véritable ménagerie digne d'Artémis : chiens, chats, poules, chèvres... Que pensez-vous qu'il va se passer si une pâte avec une odeur de pomme-cannelle tombe sous leurs nez ? Ils vont se dire, « Quels gaspilleurs, ces humains ! », vont se jeter dessus comme la pauvreté sur le monde et tout avaler goulûment !

 

L'ivermectine est un anti-parasitaire très utilisé dans le monde équestre à cause de son activité sur un large éventail de parasites, quel que soit l'animal d'ailleurs.

 

Pour les amateurs de la coupe de cheveux du savant fou, son mécanisme d'action est fort simple. Elle présente une affinité importante pour les GABA-A (récepteurs-canaux laissant passer le chlore dans la cellule) présents dans les cellules nerveuses et musculaires des parasites. L'entrée de chlore dans la cellule va entraîner une hyperpolarisation de la cellule nerveuse ou musculaire et donc l'empêcher d'avoir la dépolarisation nécessaire à la contraction musculaire et à la diffusion du message nerveux.

 

Il en résulte une paralysie des muscles et des transmissions nerveuses pouvant entraîner la mort de certains parasites.

 

Cette molécule n'est pas non plus anodine pour nous. Mais elle agit selon un autre mécanisme sur le système nerveux des mammifères. Pas de panique ! L'absorption depuis l'intestin dans le sang de cette molécule est faible, donc à dose thérapeutique (c'est-à-dire à dose normale pour le poids de l'animal traité), il n'y a pas d'effets majeurs. De plus, le passage dans le système nerveux central est limité par la fameuse barrière hémato-encéphalique.

 

Mais compte-tenu de son faible poids, le chien est spécialisé dans l'intoxication à l'ivermectine que ce soit par ingestion de la pâte ou lorsqu'il mange les excréments du cheval.

En effet, l'ivermectine est éliminé à plus de 90 % dans les fécès, la dose est alors trop forte et toxique pour un petit animal comme le chien.

 

Dans cette intoxication, on a plusieurs signes dont voici les majoritaires :

  • des troubles du système nerveux central : dominés par des troubles locomoteurs (incapacité d'effectuer de mouvements coordonnés de type marche, troubles de la sensibilité du toucher ou paralysie), une dépression du cerveau (prostration, voire coma), ou une stimulation neuromusculaire (tremblements)

  • des troubles oculaires : mydriase (dilatation de la pupille), cécité ;

  • des troubles digestifs : hypersalivation, vomissements, anorexie .

 

Comment éviter cela ?

 

Ne pas faire sortir son cheval le temps que tout l'ivermectine et les excréments en contenant soient éliminés de la circulation pourrait être une solution.

 

Pour vous donner une idée, 90 % de la dose est éliminée dans les excréments en 4 jours. En sachant que le transit digestif dure entre 26 et 36 heures, on peut dire que le début de l'émission d'ivermectine commencera après 24 heures et puis durera trois jours. Pendant tout ce temps, il faudra donc mettre le cheval au box et s'assurer que les petits animaux, comme le chien, n'ait pas accès aux crottins.

 

Une autre possibilité est d'apprendre à votre chien à ne pas manger les crottins et quand vous vermifugez, garder le chien à l'écart et récupérer ce qui a pu tomber.

 

Le chat, quant à lui, ne s'intoxique que via la pâte délaissée par les humains ! La majorité des symptômes (81% des cas) sont des effets sur le système nerveux central et l'oeil, les mêmes que chez le chien.

 

La prévention de l'intoxication est plus facile que pour le chien : mettre à l'écart le chat lors de la vermifugation et ramasser la pâte ayant chuté sur le sol.

 

Deux apartés :

  • Le poulain mange naturellement les crottins de sa mère et donc il risque de s'intoxiquer gravement avec ceux émis entre 24 et 48 heures après la prise du vermifuge par sa mère. La seule solution est de prendre une alternative à l'ivermectine (voir les tableaux de comparaison des vermifuges possibles en France)

  • Attention : c'est un médicament à mettre hors de portée des enfants. Pour la même raison que pour le chat et le chien, les enfant seront attirés par le goût de la pâte. Et un enfant de 10-20 kilos qui avale une dose pour un cheval de 500 kilos est en danger.

 

François Kaeffer

 

Chien devant un box. Copyright Techniques d'élevage. François Kaeffer. Pharmacie vétérinaire.

Chien devant un box. Copyright Techniques d'élevage. François Kaeffer. Pharmacie vétérinaire.

Publié dans Pharmacie, Vermifuge