Mon poulain, c'est pas mon copain !

Publié le par Anne et Cat

 

Un copain pour la vie !

 

Si cette perspective nous enchante en quelques instants, c'est le cauchemar qui nous attend derrière cette phrase.

 

Ce poulain, qu'il soit prometteur ou pas, nous avons tous des projets pour lui : faire des balades, des concours, du dressage, de l'obstacle... ou seulement l'avoir à nos côtés sage et profiter de sa présence.

 

Dans tous ces projets, il y a un point commun, ce qu'on demande au poulain ne va pas de soi.

 

En effet, un poulain n'est pas tendre, doux, aimable... il est même brutal, instable, joueur. Et même s'il apprend de ses pairs, la politesse équine, elle est à des kilomètres de celle que nous exigeons : le toilettage mutuel en est un exemple.

 

Mais voilà, le poulain, comme tous les jeunes animaux, n'écoute son copain que d'une oreille... car un copain, c'est jamais qu'un autre « poulain » avec qui on joue, on rigole sans se retenir et sans vraiment l'écouter.

 

Combien d'enfants cessent de chahuter un copain quand celui-ci crie « Aïe, tu me fais mal ! » ?

 

Pour apprendre, il faut un enseignant, un prof, un instit', un formateur, un maître, un « rabat-joie »... nommez-le, comme vous voudrez, mais le principe est là.

 

Certains me diront, « un parent »... Perdu ! Un parent enseigne l'éducation, la politesse, le savoir-vivre. Mais il est impuissant face aux mathématiques, à la physique, à la chimie... et dans le cas de notre poulain : face à la pirouette, au changement de pied au temps, à la rectitude...

 

Notre société l'a bien compris, nous avons d'un côté les parents et de l'autre l'école.

 

Mais revenons à notre poulain.

 

S'il est chanceux, il a côté équin tout ce qu'il lui faut : sa mère (parent), des chevaux adultes (profs) et des poulains de son âge (copains).

 

Mais côté humain, il a au mieux un propriétaire qui fera tout : le copain, le parent, le professeur, le vieux de la vieille et même le café !

 

Soyons réaliste, c'est mission impossible. Un humain peut cumuler deux fonctions mais trois !

 

Un choix s'impose donc : copain + parent ou copain + prof ou parent + prof.

 

Mais rappelons-nous le début de cet article, le poulain n'écoute pas son copain, il ne bosse pas avec lui mais quand son copain deviendra parent ou prof, il devra l'écouter... un véritable casse-tête que le poulain simplifiera vite pour ne garder qu'une idée : nous sommes son copain et on retombe dans ces mêmes travers que l'on s’efforçait d'éviter.

 

Il ne reste plus qu'une solution : mettre de côté nos sentiments et prendre la place du professeur en attendant que le poulain grandisse et puisse saisir la subtilité du « copain de bon conseil ».

 

Après pour les meilleurs d'entre-nous, on peut combiner parent et professeur... Moi, je ne m'y risque pas et de l'avis de tous, je suis une rabat-joie, une vraie !

 

A bientôt,

 

Anne Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

 

Poulain à la barrière. Copyright Techniques d'élevage Débourrage Nantes

Poulain à la barrière. Copyright Techniques d'élevage Débourrage Nantes