Mon poulain devient peureux !

Publié le par Anne et Cat

Phrase trop souvent entendue pour ne pas nécessiter un article dans Techniques d’élevage, n’est-ce pas ?

 

Plantons le décor : un propriétaire a acheté un poulain au sevrage. Sympa, le poulain, bien manipulé et tout et tout. Il porte un licol, il donne les pieds et en plus il est mignon à vous faire fondre comme un igloo dans un sauna !

 

La crème des crèmes, je vous dis !

 

Le temps passe, le poulain grandit, c’est vraiment génial !

 

Et puis un jour, vers 18 ou 24 mois, on va pour lui mettre un licol pour le changer de pré ou pour lui prendre les pieds.

 

Catastrophe ! Le poulain refuse tout de go, avec l’énergie de la jeunesse. Bon d’accord, cela fait un petit moment qu’on ne l’avait pas fait mais à 1 an, il le faisait sans problème et ce n’est pas si loin que cela, somme toute !

 

Faisons un peu d’anthropomorphisme :

 

Le bébé, quand il naît a très rarement peur du noir. Il ne se réveille pas en sursaut parce que vous avez éteint la lumière. Il s’endort dans d’autres bras que les vôtres du moment que la personne sait y faire. Il dort tranquillement même si vous changez de lieu…

 

Et puis, à un moment de son développement, il se met à avoir peur du noir, des monstres du placard ou du croque-mitaine. Il refuse de dormir chez des amis.

 

Est-il brusquement devenu peureux ou alors fait-il du cinéma ?

 

Ni l’un ni l’autre !

 

Seulement maintenant, lorsqu’il vous voit partir, il réalise qu’il est seul, que vous pourriez ne plus revenir.

 

Sa conscience du monde s’est élargie. Pour qu’il pense qu’un monstre puisse sortir du placard, il faut qu’il sache qu’un placard contient des tas de choses souvent inconnues et qu’un monstre fait très peur… de là à transformer tous ces objets inconnus en monstres, il n’y a qu’un pas qu’il a vite fait de franchir.

 

Revenons à votre poulain.

 

A la naissance, il se laisse assez facilement faire. Il n’a pas peur du licol parce que cela ne signifie rien pour lui. Si l’éleveur est calme et habile, il se laissera prendre les pieds ou mettre le licol en confiance, sans réagir… mais sans compréhension réelle non plus.

 

Mais en grandissant, il devient intelligent. Le licol sur sa tête l’inquiète parce qu’il le touche à un endroit important pour sa survie. Donner le pied, c’est accepter se soumettre.

 

En d’autres termes, il est maintenant assez grand pour « faire gaffe à ses fesses ». Progrès considérable qu’il faut saluer.

 

Cette nouvelle compréhension du monde l’amène à chercher sa place, à essayer de comprendre la finalité des choses, leur sens. Et pour apprendre, il faut faire des expériences.

 

Malheureusement, les hommes ne sont pas toujours enthousiastes lorsque notre explorateur de la vie part à la découverte de terres inconnues…

 

Cat

 

Poulain poney Welsh. Techniques elevage. Nantes 2012