Qu'est-ce qui est préférable : une cure ou un apport régulier de vitamines et de minéraux ?

Publié le par Anne Cat et François

 

Lorsque l'on constate une carence en vitamines et en minéraux, notre premier geste est de faire une cure et pourtant, ce n'est pas toujours utile.

 

Commençons par les minéraux.

 

Enfin, les minéraux, pas tous... effectivement, vous n'avez jamais entendu parler de cure de sodium ni même de cure de potassium !

 

Pour le sodium (comme pour le potassium d'ailleurs), c'est tout simplement lié à l'absence d'un tissu de stockage.

 

Pour le calcium, il existe bien une réserve : l'os, mais celle-ci ne permet pas de stockage ni de mobilisation rapide du calcium. Donc, tout surplus ne sera pas absorbé au niveau intestinal. Autrement dit une ostéoporose ne peut pas être prise en charge par une cure mais par un apport régulier.

 

Une cure, c'est-à-dire de grandes quantités sur des périodes courtes, nécessite que l'absorption ne soit pas limitée puis que le minéral puisse être stocké facilement dans un compartiment.

 

Voyons donc les différents compartiments :

  • l'os : pour le phosphore et le calcium ;

  • le foie : l'organe par excellence du stockage pour le cuivre, le fer et le zinc ;

  • les muscles et les tissus mous pour le magnésium.

 

La connaissance de ces compartiments a comme autre intérêt de connaître le principal organe touché par un surdosage (il est cependant rare d'avoir un surdosage en magnésium... Peut-être que chez le gourmand invétéré, une ration très riche en chocolat le permettrait, cela dit, cela n'a pas été testé, mais que font les scientifiques ?!.. moi en tous cas, je me porte volontaire pour faire avancer la recherche !!).

 

A priori le fer, le zinc, le cuivre et le magnésium sont envisageables pour une cure.

 

Pour le cheval, le problème du fer ne se pose pas puisque les fourrages en apportent en quantité suffisante. La cure risque alors de provoquer une toxicité par excès de fer.

 

Regardons les autres et en premier lieu le cuivre.

 

Le cuivre est absorbé au niveau intestinal à l'aide d'une protéine non spécifique de son transport, la métallothioéine. Le zinc est absorbé à l'aide de cette même protéine. Or le nombre de « places » pour la fixation et donc l'absorption est limité. C'est pour cela que l'on vous dit qu'il y a compétition entre le zinc et le cuivre.

 

Une ration équilibrée nécessite un ratio entre ces minéraux antagonistes afin d'assurer une absorption optimale des deux.

 

Une autre difficulté est le risque toxique de ces minéraux qui ne sont qu'à l'état de trace dans l'organisme, un surdosage est donc rapide et peut se révéler délétère pour le cheval. Une cure est donc possible mais en respectant scrupuleusement les indications et en ne mélangeant pas deux cures en même temps.

 

Dans la pratique, on rencontre souvent des problèmes avec des animaux recevant un aliment industriel (donc généralement déjà supplémenté avec des minéraux et des vitamines), à qui on fait faire une cure sans réaliser que non seulement cela fait double emploi mais qu'on risque de passer aux doses toxiques.

 

Maintenant passons aux vitamines.

 

Tout le monde a entendu parler des deux grands types de vitamines : celles solubles dans l'eau (hydrophiles : B et C) et celles peu solubles dans l'eau (liposolubles : A, D, E et K).

 

Les vitamines hydrophiles ne sont pas stockées dans l'organisme donc une cure est inenvisageable, seul un apport régulier est utile.

 

Les vitamines liposolubles peuvent être stockées dans les graisses cependant, comme pour le cuivre et le zinc, une hypervitaminose peut se révéler néfaste.

 

En conclusion, les cures sont un moyen de palier rapidement une carence connue et de reconstituer un stock mais le nombre de minéraux concerné est faible : cuivre, zinc et magnésium. Pour les vitamines, les cures sont totalement inutiles.

 

Sauf cas particulier comme par exemple une ration très pauvre en un élément à un moment de l'année ou une pathologie, un apport régulier est donc à préférer.

 

A bientôt.

 

François

 

 

Cheval léchant la main. Copyright Techniques d'élevage Nantes

Publié dans Pharmacie, Alimentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :