Réflexion sur l'importance d'élargir ses cercles en longe

Publié le par Anne Cat et François

 

La longe est décriée, contestée dans son efficacité, blâmée... pourtant, certains la recommandent, l'idolâtrent. La raison de cette fracture ? La taille des cercles et l'allure associée.

 

Dans cet article, je vous propose à travers une vidéo de discuter des effets des petits cercles au trot et au galop.

 

Cette vidéo a été ralentie de 50 % pour permettre une décomposition aisée du mouvement.

 

En début de vidéo, le cheval n'est pas en cercle mais il est intéressant de voir l'impact des membres sur le sol afin de s'habituer au terrain.

 

Cela permet aussi de comprendre la situation : cet exercice de longe sur un cercle de 10 mètres n'avait rien de demandé. On a donc l'allure naturelle du cheval et non une allure cadencée que l'on pourrait demander.

 

 

La première chose que l'on remarque en regardant la vidéo c'est l'angle que le cheval fait avec le sol. Le cheval penche vers l'intérieur du cercle au galop et au trot.

 

Maintenant regardez les appuis au galop, les antérieurs sont quasiment à plat et glissent peu sur le sable de la carrière. Les postérieurs, eux, sont totalement de travers et le cheval glisse à cause de cet appui instable, ce qui l'amène à se rattraper avec les antérieurs. Il « s'agrippe » en mettant tout son poids sur l'avant.

 

Les postérieurs se croisent très légèrement au galop, mais surtout ils se rapprochent dangereusement à certaines foulées. On comprend dès lors la recrudescence de plaies au boulet au galop.

 

On voit aussi que l'antérieur extérieur frôle l'antérieur intérieur au niveau du canon d'où la nécessité, critiquée par les opposants à la longe, de mettre des guêtres pour éviter les blessures.

 

L'axe du poitrail du cheval suit l'angle que fait le le cheval avec le sable de la carrière et pourtant les antérieurs ne sont pas aussi décalés à l'impact et ont, comme nous l'avons vu plus haut, un impact quasi plat. C'est les genoux du cheval qui encaissent avec l'épaule cette différence d'inclinaison. Remarquez la différence entre les deux genoux dans leurs mouvements d'extension et de flexion.

 

Passons au trot.

 

Les quatre membres s'écartent et si au galop nous avions des problèmes de blessures par contact, ici ce n'est pas un risque majeur.

 

Le cheval semble plus en équilibre, glisse moins mais pourtant l'angle est toujours là. Si on regarde attentivement la trajectoire des membres, on se rend compte que cette stabilité précaire est liée à un trajet anormal des membres extérieurs au cercle.

 

Les membres extérieurs font un demi-cercle à chaque foulée, faisant travailler de façon aberrante l'épaule, le jarret et la hanche.

 

En bref, faire travailler ou défouler un cheval sur un cercle de 10 m au trot ou au galop sans contrôler l'allure, ce n'est pas bon pour les articulations ou les tendons.... pensez à élargir vos cercles !

 

A bientôt,

Anne