Signification des écoulements vulvaires chez la jument

Publié le par Anne et Cat

 

Clair, mucopurulent, purulent, sanglant... les écoulements vulvaires chez la jument sont peu fréquents et souvent discrets. Ils ont pourtant chacun leur signification.

 

Un écoulement vulvaire se caractérise par la quantité observée, la couleur, la consistance et l'odeur.

 

Pour déterminer avec précision ces paramètres, il est conseillé de mettre un gant et de prendre l'écoulement entre ses doigts avant de les écarter délicatement. On pourra ainsi percevoir les nuances de couleur, comme par exemple des « flammèches » de pus dans l'écoulement, mais aussi apprécier sa consistance avec plus de finesse.

 

La conformation de l'appareil génital chez la jument amène les liquides à s'accumuler dans l'utérus, les affections utérines donnent donc des écoulements vulvaires plus discrets et de façon moins fréquente que les affections vaginales.

 

Certaines juments peuvent présenter de façon normale un faible écoulement vulvaire en période d’œstrus. Un faible écoulement séreux chez la jument gravide quelques jours avant terme est également normal.

 

Les inflammations de l'utérus ou de sa paroi appelées respectivement métrites et endométrites, ainsi que les pyomètres (accumulation de pus dans l'utérus), ne donnent en général pas lieu à des écoulements vulvaires. Si tel est le cas, ils sont décrits comme très épais, purulents et de couleur blanche à jaune.

 

Les métrites contagieuses équines constituent une exception à cette règle puisqu'elles associent métrite, cervicite (inflammation du col de l'utérus) et vaginite. La production des liquides se faisant également après le col de l'utérus, ces métrites contagieuses se caractérisent par un écoulement vulvaire mucopurulent (« flammèches » de pus dans un liquide clair) très abondant et relativement fluide.

 

Le temps entre l'accouplement infectant et l'écoulement vulvaire varie entre 12 et 14 jours pour la forme Européenne et entre 6 et 8 jours pour la forme Américaine. Ces écoulements pourront se maintenir ou devenir récurrents avec des quantités plus ou moins importantes en fonction de l'évolution de l'affection.

 

Chez les juments âgées, le relâchement du tractus génital augmente la fréquence des écoulements vulvaires et la précocité de ceux-ci lors d'affections utérines comme les métrites, les endométrites et les pyomètres. On observe aussi chez ces juments une prédisposition aux affections génitales en général.

 

Chez la jument gravide, le phénomène de rétention du liquide intra-utérin est plus faible à cause de la présence du fœtus. On observe donc plus fréquemment et plus vite des écoulements vulvaires.

 

Ces écoulements peuvent être le signe d'une inflammation du placenta ou d'une infection des membranes fœtales. Ces affections apparaissent en général en mi-fin de gestation, le plus souvent chez des juments âgées ou maigres, et se caractérisent non seulement par un écoulement vulvaire, mais aussi par un développement précoce du pis.

 

Les infections du placenta et/ou des enveloppes fœtales se soldent par un avortement ou la naissance d'un poulain fragile. Les écoulements vulvaires se prolongent pendant quelques jours après l'avortement ou la mise-bas.

 

Dans le cas d'une placentite (inflammation du placenta) d'origine bactérienne, l'écoulement vulvaire est purulent ou mucopurulent et assez épais.

 

Dans le cas d'une placentite d'origine mycosique, l'écoulement vulvaire est marron, d'odeur fétide et épais.

 

Il est alors important de faire le test du gant signalé en début d'article pour ne pas confondre avec du sang séché mêlé à du mucus issu de petites plaies vaginales ou de l'éclatement de varices vaginales. Ces deux affections se résolvant spontanément, sans traitement et ne présentant aucun risque pour le poulain.

 

Ces pertes minimes ne doivent cependant pas être confondues avec un éclatement de l'hématome vaginal post-partum (hématome formé par le passage du poulain), un déchirement vaginal ou vulvaire qui peuvent donner des hémorragies graves pour la jument.

 

Les écoulements d'origine vaginale peuvent avoir un aspect mucopurulent. Ils sont alors abondants, avec parfois un peu de sang, et sont issus d'ulcères vaginaux ou vulvaires suite à un exanthème coïtal équin (variole génitale équine) qui s'est surinfecté.

 

Dans les jours suivant les mise-bas difficiles, on observe parfois un écoulement séreux fétide qui persiste pendant 2 à 4 semaines. Ces écoulements sont un symptôme de vulvite, de vestibulite (inflammation du vestibule) ou de vaginite nécrosante. Un traitement est alors nécessaire pour éviter des complications et assurer l'avenir reproducteur de la jument.

 

A bientôt,

Anne

 

DSC00063.JPG

Publié dans Elevage, Spéciale équidé