Théorie des 3 horloges dans le dressage animalier : les types de renforcements

Publié le par Anne Cat et François

 

Le dressage animalier ne peut exister sans moyen de mémorisation. Mais lequel et quand l'utiliser ?

 

Le dressage repose sur la mémorisation par l'animal de codes entrainant des réactions de sa part ou une absence de réaction.

 

On dénombre 3 moyens qu'a le dresseur pour faire mémoriser l'animal, ces moyens sont appelés des renforcements. Ils peuvent être de nature sociale ou être dits positifs ou négatifs.

 

On a donc :

 

  • les renforcements sociaux liés à la position hiérarchique ou sociale du dresseur et de l'animal (le dominant vis-à-vis du dominé, l'adulte vis-à-vis du jeune...).

  • les renforcements positifs, c'est la récompense qu'elle soit sous forme de caresse, de friandise, verbale...

  • les renforcements négatifs, c'est la punition qu'elle soit sous forme de coups, de rappels à l'ordre, de réactions négatives...

 

Quand on veut que l'animal retienne une leçon, un choix s'opère entre ces trois possibilités.

 

Ce choix est dicté dans un premier temps par le résultat que l'on espère de cette mémorisation. En effet, tous ces renforcements n'ont pas le même impact sur la mémorisation ni sur l'exécution future de la leçon.

 

Un renforcement social donnera une réponse liée à une personne, à un statut. Ce qui signifie qu'elle sera remise en cause en cas de changement de grade de la personne concernée ou face à une personne jugée de grade inférieur (un enfant par exemple).

 

Un renforcement positif donnera une réponse liée à la récompense. Ce qui signifie que si la récompense est absente ou ne présente plus d'intérêt momentanément, l'animal ne répondra pas.

 

Ces deux premiers types de renforcements apportent une liberté exploratoire à l'animal qui va chercher les limites des systèmes et tester les personnes qui le manipuleront sur les sujets renforcés de cette manière.

 

Un renforcement négatif donnera une réponse systématique non liée à la personne. L'animal n'aura pas de comportement de recherche des limites dans le domaine ainsi renforcé.

 

Dans un deuxième temps, le choix du renforcement dépendra de l'animal et de l'instant.

 

En effet, tous les animaux ne sont pas sensibles de la même manière à un renforcement. Certains sont très sensibles aux arguments sociaux, d'autres apprennent plus facilement avec des arguments positifs et d'autres encore comprennent plus vite avec des arguments négatifs.

 

Et pourtant, quelque soit l'animal, il lui faut ces trois types renforcements pour être en accord avec son dresseur.

 

On pourrait schématiser les renforcements par trois horloges placées en permanence autour de l'animal qui tourneraient chacune selon son propre rythme.

 

Si l'animal est très sensible au renforcement négatif, un peu moins au renforcement positif et très peu au renforcement social. Les trois horloges correspondantes tourneraient très vite pour le négatif, un peu moins vite pour le positif et très lentement pour le social.

 

Au moment où le dresseur intervient et doit renforcer sa leçon, il consulte ces 3 horloges et agit selon celle qui est la plus proche de la vraie heure. Par exemple, si on enseigne une leçon à l'animal à 8 h 30, il faudra prendre l'horloge qui aura l'heure la plus proche de 8 h 30.

 

Si à défaut, on choisit un autre renforcement, l'animal y répondra de façon inadéquate et souvent en se révoltant.

 

Sachant que dans notre exemple c'est l'horloge du renforcement négatif qui tourne la plus vite. Elle aura beaucoup plus de chances d'être à la bonne heure. Alors que l'horloge du social n'a que très peu de chance d'être sélectionnée.

 

Imaginons à présent que notre animal ne se sent pas bien au moment du dressage. L'horloge du négatif sera alors considérablement ralentie, à l'inverse du social. Le positif lui n'accélèrera qu'un peu.

 

On aura donc un animal qui recherche le contact social pour se rassurer et nos horloges ne tourneront plus à la même vitesse. Ce qui donne un dressage qui aura plus de chances d'être axé sur le renforcement social que sur le renforcement négatif.

 

Mais où sont-elles ces horloges ?

 

C'est l'animal qui vous les présentera par son caractère de base et son humeur du moment. Il vous suffit de les analyser pour en déduire ces fameuses horloges.

 

Un animal peureux a besoin d'être rassuré et aura par conséquent plus besoin du social.

 

Un animal très sûr de lui, limite envahissant ou méprisant, a besoin d'être recadré et aura, quant à lui, une horloge négative très rapide.

 

Mais ces remarques ne vous donneront qu'une vision générale. Pour avoir un bon renforcement, il faut aussi respecter le timing : un exercice qui est bien fait avec un animal tendu nécessitera un renforcement réconfortant donc positif.

 

Essayez d'analyser votre animal sous la forme de ces trois aspects et vous verrez que votre feeling deviendra bientôt sensible aux changements d'humeur et au renforcement nécessaire à l'instant de la demande. C'est une exercice que vous pouvez faire sans rien demander à votre animal juste en vous posant la question « si je devais renforcer, j'utiliserais lequel ? ». Et si vous avez un doute, essayer en renforçant doucement (une petite friandise, une petite réaction sociale, un haussement léger de ton) et en observant sa réaction.

 

Le danger de l'utilisation des horloges c'est d'en abuser ou de ne pas en utiliser certaines

 

Abuser d'une horloge donne des animaux qui s'en blasent, qui n'y réagissent plus. Le renforcement sera alors inopérant. On observe souvent le problème quand une personne se cantonne à un renforcement quel qu'il soit.

 

Ne pas utiliser une horloge donne des animaux qui auront une réaction excessive lors de son utilisation, allant jusqu'à la violence.

 

Dans les deux cas, on obtiendra des animaux susceptibles de développer des tares comportementales, des formes de révolte ou de dépression.

 

Mais parfois, pour des raisons personnelles, on préfère utiliser un certain type de renforcement. On se pose alors nécessairement, face à un animal qui n'a pas la même tendance, la question suivante :

 

Comment modifier la vitesse des horloges ?

 

C'est une utilisation modérée des excès que nous avons vu juste au dessus.

 

Si on utiliser très peu un renforcement, l'animal va s'y sensibiliser et son horloge va donc accélérer.

 

Si on utilise à chaque fois que c'est possible un renforcement, l'animal va s'en blaser et son horloge va donc ralentir.

 

Applications pratiques

 

  • Vous voulez que votre chien cesse de vous demander des friandises et vous souhaitez qu'il ne le fasse plus. Utilisez les au rythme qu'impose son horloge, il finira par y devenir moins sensible et ne vous en réclamera plus.

  • Vous voulez qu'un cheval soit plus sensible à la punition pour diminuer vos actions négatives. Vous n'utilisez pas le renforcement négatif pendant plusieurs séances, ainsi votre renforcement négatif sera beaucoup plus efficace et un haussement de ton suffira.

 

Conclusion

 

L'utilisation des trois types de renforcement en temps et en heure donne des animaux équilibrés et en bon termes avec leur dresseur. Mais les excès ou les utilisations d'une ou deux horloges uniquement (y compris en renforcement positif ou social) pourront être synonyme de déséquilibre et à long terme de conflits dans la relation homme-animal.

 

A bientôt,

Anne

 

chaton abyssin en présentation dans les mains de son éleveuse - copyright techniques d'élevage

Publié dans Dressage-Education