Une complication possible des petites plaies et des injections : la gangrène gazeuse

Publié le par Anne et Cat

 

 

Première inspection de la journée dans un zoo. A première vue, tout semble normal. Mais arrivé à l'enclos des lapins, l'un d'entre eux présente une boule très importante au niveau de la gorge. Cette boule est impressionnante. Il n'arrête pas de se gratter.

Grosseur à la gorge chez un lapin 

 

Dans ce grand enclos, plus ou moins bien clôturé, impossible de le coincer sans risquer de le blesser ou de le faire stresser dangereusement. Comme il mange et se déplace normalement, à priori pas de grosse douleur.

 

Même en se tordant le cou, aucune blessure n'est visible. Pas d'écoulement de pus non plus. Le poil est sec et bien lisse. Rien de suspect dans la paille.


Evolution de la grosseur chez le lapin 

Pour comprendre ce qui s'est passé, il faut d'abord déterminer la nature de cette grosseur le plus précisément possible.

 

S'il y a grosseur, c'est qu'il y a accumulation de quelque chose.

 

On a le choix des pathologies :

 

  • tumeur (donc prolifération de cellules),

  • hyperthyroïdie (augmentation de volume de la thyroïde située dans cette zone),

  • abcès (accumulation de pus),

  • gangrène gazeuse (accumulation de gaz due à la prolifération de bactéries anaérobies)

  • œdème (accumulation de liquide),

  • ...

 

Toutes ces pathologies doivent être prises avec le plus grand sérieux. Avec autant d'hypothèses , il est impossible d'agir sans prendre plus de risques que nécessaire.

 

Quelques jours plus tard, nouvelle inspection... Le lapin s'est tant gratté qu'il s'est ouvert et de fait,à l'intérieur il n'y a pas de liquide, mais une cavité vide. La plaie s'est ensuite refermée normalement sans complication.

 

Supposons qu'on ait pu toucher et attraper l'animal, quels renseignements aurions-nous pu obtenir :

 

  • la tumeur est chaude et la palpation révèle que la déformation est pleine,

  • l’œdème et l'abcès résonnent quand on tapote la masse du fait de la présence de liquides plus ou moins consistants (le pus étant plus dense que le liquide de l’œdème),

  • en outre l'abcès est chaud et douloureux,

  • la masse thyroïdienne lors d'une hyperthyroïdie ne provoque pas de démangeaisons.

 

Et pour la gangrène gazeuse ?

 

Il faut savoir que lors d'une plaie, on peut avoir beaucoup de bactéries différentes qui peuvent élire domicile. Ici, ce sont des bactéries anaérobies (bactéries ne se développant qu'en absence d'oxygène). Elles possèdent un métabolisme fermentatif. Elles produisent donc des gaz ce qui explique la formation d'une boule gonflée comme un ballon de baudruche sans aucun liquide à l'intérieur. Les germes tapissant les parois, il n'y a pas d'amas cellulaire non plus.

 

Le fait que la grosseur soit froide, dans le cas du lapin, est lié à la séparation de la mince couche de peau avec le reste du corps.

 

De même pour le lapin, l'absence de douleur laisse supposer que le développement de ces bactéries s'est fait entre l'épiderme et le derme. Ainsi, l'épiderme est séparé de ces connexions nerveuses et des vaisseaux sanguins (lesquels réchauffent par l'arrivée de sang).

 

C'est une affection peu fréquente mais possible dès lors qu'une zone lésée (plaie) se retrouve isolée de l'air extérieur par un élément provenant de l'organisme ou non : croûte, nouvelle peau, pansement, fermeture précoce des bords d'une plaie...

 

L'air extérieur ne parvenant plus et la formation du nouveau tissu consommant de l'oxygène, la zone se retrouve rapidement en conditions anaérobies, favorables au développement d'une gangrène gazeuse par exemple mais aussi du bacille du tétanos.

 

Autre exemple : le drain utilisé sur les plaies chirurgicales a pour fonction de drainer la plaie mais aussi d'amener l'oxygène vers l'intérieur de celle-ci.

 

Les complications sont graves : toxémie, insuffisance rénale, fourbure chez les chevaux, coagulation intra-vasculaire disséminée...

 

Le lapin s'en est sorti seul car en se rouvrant la plaie, il a permis l'entrée d'oxygène mortel pour les germes de sa gangrène. Comme quoi, les animaux peuvent avoir de meilleurs réflexes que les humains !

 

François

 

 Fin de l'évolution - lapin blessé à la gorge - copyright : techniques d'élevage Nantes

Publié dans Anecdote