Elever des poulains jumeaux : loin d'être évident !

Publié le par Anne Cat et François


Nous avons vu dans un précédent article, les terribles statistiques de survie des jumeaux dans l'espèce équine.


On pourrait penser que lorsqu’on a les deux poulains dans la paille, le plus dur est fait… que nenni !


Évidemment, les jumeaux, même viables sont plus petits. Si la mère fait 500 kg, ils feront 20 à 30 kg (contre 45-50 en temps normal).


La quantité de lait produite par la jument est en partie régulée par la demande du poulain et la fréquence de tétée. Pour deux, c’est sûr, il faut remettre le couvert plus souvent. On peut donc penser que la production s’ajustera.


La production normale est de 15 kg de lait par jour le 1er mois, 16,5 le second. On peut espérer 20 % d’augmentation de la production…. Mais le compte n’y sera pas !


Le 1er mois de vie, le poulain doit doubler son poids de naissance. En supposant que nos jumeaux, libérés des contraintes de l’utérus, démarrent sur les chapeaux de roue, il faudra qu’ils prennent environ 40 kg chacun sur le mois. Or, à ce stade, il faut 10,6 kg de lait pour fabriquer 1 kg de poulain. Il faudrait donc tous les jours, 28 litres de lait… on est loin du compte. Il manquera une dizaine de litres par jour pour les deux.


Pour le 2e mois, le bilan est encore moins bon. Le poulain a grandi et donc il doit manger plus pour grossir (13,7 kg de lait/kg de gain de poids). Il manquera alors une vingtaine de litres.


Évidemment, comme les poulains sont plus petits, ces chiffres pourront être un peu décalés dans le temps. Mais la conclusion est tout à fait claire : les poulains ne peuvent se suffire du lait de leur mère. Un complément lacté est indispensable que ce soit par une jument nourrice ou par des biberons.


Et la mère dans tout cela ? Elle pourra produire au maximum 5 litres de lait supplémentaires par jour. Cela correspond à 1,5 UFC (énergie), 220 g de MADC (protéines) et 10 g de calcium en plus de sa ration normale. Et la ration normale est déjà très haute, puisqu’elle atteint 8,5 UFC, 956 g de MADC et 56 g de calcium.


On va donc passer à des apports énergétiques de l’ordre de 10 UFC. Là, question coup de fourchette, un champion international fait presque petit jeu. Pour rappel, 1 kg d’orge fait 1 UFC. Sachant qu’elle peut manger environ 14 kg de matière sèche (MS), cela fait une densité énergétique moyenne de 0,7 UFC/kg de MS !… de la folie pure.


Bref, pour la jument aussi, ce sera difficile. Elle va puiser dans ses réserves graisseuses mais aussi musculaires et osseuses. On est dans le cas où, quelle que soit la qualité de l’alimentation, elle ne pourra pas couvrir ses besoins. On a donc toutes les chances de devoir avancer la date du sevrage pour sauvegarder la santé de la jument à bout de souffle.


Il faut aussi tout de suite oublier la possibilité de faire remplir la jument pour l’année d’après. Pour se remettre de ses émotions, il lui faudra sûrement pas mal de temps.


Donc des jumeaux, c’est la galère : pour eux, pour la maman, pour l’éleveur et même sur le plan financier… pas étonnant qu’on fasse tout pour les éviter !


A bientôt.


Cat

Poulain tétant sa mère. Copyright Techniques d'élevage. Nantes

Poulain tétant sa mère. Copyright Techniques d'élevage. Nantes