Erreur d'interprétation du comportement

Publié le par Anne Cat et François

 

Un jeune cerf intègre la harde du parc animalier et c'est avec plaisir que les visiteurs et les soigneurs admirent sa belle ramure. Fier, il va et vient face aux clôtures et protège avec hardiesse ses biches de toutes les attaques.

 

Le temps passe, le cerf, fier et dédaigneux, arpente son terrain, s'en faisant le maitre.

 

Un matin, celui-ci ne vint pas saluer le soigneur. Serein au sein de son troupeau, il le contemple.

 

Quand le soigneur tente de l'approcher, il part au galop entouré de ses femelles, toujours fier et gracieux.

 

Les jours passent, le cerf évolue parmi ses femelles sans jamais sortir du groupe. Sa ramure, son pelage, tout en lui respire la santé.

 

Une explication est trouvée : la naissance prochaine des faons doit amener le mâle vers une protection rapprochée, un comportement inédit attribué à sa jeunesse et à la captivité.

 

Les faons naissent, le cerf reste parmi ses femelles.

 

Un soigneur tente de l'approcher, une biche s'interpose et attaque. Une autre explication est trouvée : le faon non loin a provoqué une réaction de la biche et le soigneur a pensé que la biche protégeait le cerf. Une biche ne protège pas un cerf dans la nature...

 

Le rappel des vaccins est organisé, le troupeau est placé dans un espace restreint. On vaccine les biches, les faons... mais pas le cerf.

 

Atteint d'une fracture ouverte à l'intérieur de la cuisse dégénérée en gangrène, le cerf si fier, si beau, reçoit une dernière injection.

 

L'important n'est pas dans l'interprétation mais dans le geste. Se contenter de celle-ci, c'est oublier qu'il peut y en avoir d'autres.

 

A bientôt,

 

Anne

 

Troupeau avec un cerf et deux biches en pâture dans un parc animalier - copyright : techniques d'élevage

Troupeau avec un cerf et deux biches en pâture dans un parc animalier - copyright : techniques d'élevage

Publié dans Anecdote