Les enseignements des troupeaux d'équidés sauvages : le rôle de l'étalon

Publié le par Anne Cat et François

 

L'étalon est dominant, agressif, possessif... en êtes vous sûr(e) ? Que peut-on tirer des enseignements des troupeaux sauvages ?

 

Avec l'augmentation des troupeaux sauvages d'équidés partout dans le monde, certains scientifiques se posent la question de la régulation de leurs populations et entament donc des études pour y répondre.

 

Ces nombreuses études nous apportent bon nombre d'informations sur les équidés sauvages : leurs modes de vie, leurs comportements respectifs...

 

De tout cela, on peut tirer des enseignements sur ce qui se passe sans l'Homme afin que notre présence, loin d'être un fardeau, devienne une aide précieuse pour nos équidé

 

Un étalon est dominant et cherche à dominer.

 

Une évidence pour certains, pourtant, les études montrent que l'étalon est parfois dominant mais pas toujours. Et contrairement à d'autres espèces, il ne gouverne pas en couple avec la femelle dominante mais a une position dans la hiérarchie comme tous les autres chevaux du troupeau.

 

C'est ainsi qu'un deuxième étalon peut appartenir au groupe sans conflit si les deux étalons ne sont pas hiérarchiquement sur un pied d'égalité (et si les affinités individuelles sont correctes).

 

Quand il est dominant, l'étalon cherche par tous les moyens à diminuer l'agressivité au sein de son groupe. Quand il ne l'est pas, il laisse ce travail à l'étalon dominant ou à la jument dominante.

 

Ainsi un étalon dominant protège les membres les plus faibles de son troupeau et recadre les excès pour limiter les agressions.

 

Il va aussi protéger le troupeau des attaques et des éventuels étrangers. Pour cela, il usera de la violence avec parcimonie et prudence.

 

Mais le rôle de l'étalon ne s'arrête pas à son éventuelle fonction de dominant.

 

L'étalon, qu'il soit dominant ou non, est en effet un professeur d'une incroyable patience avec les jeunes mâles. Car si jusqu'au 1 an du poulain, le petit étalon est sous la protection de sa mère, celle-ci le rejette à la naissance du poulain suivant.

 

Le petit étalon se dirige alors vers l'étalon. Celui-ci le prend « sous son aile » et le protège ensuite face aux autres membres du troupeau jusqu'à ce qu'il prenne son indépendance. C'est-à-dire, jusqu'aux 2 ou 3 ans du jeune étalon.

 

Il y aurait pendant cette période une véritable éducation du jeune par l'étalon. C'est ainsi qu'aurait lieu la transmission des « bonnes manières » en ce qui concerne la reproduction et les relations de l'étalon avec le troupeau, mais aussi la manière de gérer les dangers.

 

A 2 ou 3 ans, l'étalon (ou la jeune jument) va quitter son groupe de naissance et partir vivre avec d'autres étalons. Il peut aussi alors trouver un autre groupe et se faire accepter dans le troupeau en tant que dominé et « apprentis » de l'étalon du troupeau d'accueil.

 

Le jeune étalon aura son premier harem lors de sa cinquième année. Il aura alors assez d'expérience pour protéger ses juments, ses poulains et former à nouveau d'autres jeunes étalons.

 

Il a été noté que le comportement de l'étalon était plus souvent corrélé au comportement de son « professeur » qu'au comportement de la mère en ce qui concerne la gestion des troupeaux et le comportement reproducteur.

 

L'étalon n'est donc pas qu'un reproducteur ou un être à la recherche de dominance... mais un être tout aussi subtil qu'une jument, qui cherche à avoir un troupeau stable, qui éduque les jeunes mâles et protège les siens.

 

A bientôt,

Anne  

Troupeau de chevaux - copyright : techniques d'élevage
Troupeau de chevaux - copyright : techniques d'élevage

Troupeau de chevaux - copyright : techniques d'élevage