Neurologie vétérinaire appliquée à l'usage du (futur) propriétaire : introduction

Publié le par Anne Cat et François

La neurologie commence par vos yeux qui lisent ses lignes, par votre chat qui ronronne sur vos genoux, par l'éveil à la vie du petit qui vient de naître... elle commence en chacun de nous, en chacun de nos gestes, en chacune de nos pensées et c'est pour cela qu'elle est une science essentielle.

Essentielle et pourtant méconnue, la neurologie, c'est l'étude des systèmes nerveux et pas uniquement des neurones.

Cela comprend le cerveau mais aussi tous les nerfs qui vont faire battre le coeur de votre cheval, ceux qui vont faire bouger la truffe de votre chien et ceux qui me permettent de transmettre ma pensée en pressions sur les touches du clavier. Et de ce système découle l'ensemble de ce que nous nommons gestes, émotions, postures et réflexes.

Et quand, pour une raison ou une autre, ce système devient défaillant, on obtient une neuropathie.

Cela peut aller de la simple compression d'un nerf au déséquilibre psychologique, en passant par la paralysie par dégénérescence ou la perte d'appétit.

Il existe cinq types de lésions pouvant affecter un système nerveux :

  • la malformation, elle peut être congénitale ou acquise et affecter le message nerveux en l'amplifiant, le changeant, le diminuant ou en le supprimant,

  • le traumatisme ou la blessure, section, compression, altération avec des atteintes plus ou moins complètes du système nerveux,

  • l'inflammation, elle peut en formant un œdème le comprimer (si elle est extérieure au système) ou au contraire le disloquer(si elle est au centre des cellules responsables du système) en accumulant du liquide entre les cellules et en les écartant les unes des autres,

  • la tumeur, elle peut concerner des cellules du système ou des cellules qui agissent sur le système et donc donner une réaction incorrecte,

  • la dégénérescence partielle ou totale du système nerveux qui entraîne son élimination.

Ces lésions ont des impacts et des symptômes différents selon la zone du système nerveux qui est affecté. Une compression d'un nerf dans un coussinet n'aura pas le même impact que la même compression dans la colonne vertébrale.

Et comme dans toutes les sciences médicales, qu'elles soient humaines ou vétérinaires, on part d'un même point : le patient.

Et ce patient, il a des symptômes localisés, généraux, qu'il va falloir interpréter.

Mais avant de continuer davantage, munissez-vous d'un crayon et d'un carnet car le voyage à la découverte de la neurologie est semé d'embûches et d'énigmes.

Car s'il y a une chose que l'on apprend très vite en neurologie, c'est que la mémoire n'a rien de fiable !

A bientôt,

Anne ANTA

Loutres en parade amoureuse - copyright : techniques d'élevage

Loutres en parade amoureuse - copyright : techniques d'élevage

Publié dans Neurologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :