Relations entre l'âne et les parasites internes équins

Publié le par Anne ANTA. Alpha et Omega

L'âne a une relation particulière avec les parasites équins qu'il convient de connaître pour ne pas se tromper dans la gestion quotidienne.

L'âne est un équidé qui exprime peu les symptômes liés au parasitisme. Il est souvent infesté de façon asymptomatique et présente une grande tolérance vis-à-vis de nombreux parasites.

Dictyocaulus arnfieldi est un exemple commun de cette tolérance. Ce parasite ne migre pas chez l'âne (contrairement à ce que l'on observe chez les chevaux) et ne provoque pas de dégâts, il se reproduit aisément et on observe que rarement des pathologies liées à sa présence.

Mais l'âne éprouve une tolérance telle qu'il est sensible à des parasites attribués en général aux poulains ou aux immunodéprimés chez les chevaux. Parascaris equorum se retrouve ainsi chez les ânes adultes et peut être à l'origine de coliques alors qu'il est plus rare chez les chevaux adultes en bonne santé.

L'immunité acquise par la plupart des chevaux avec les strongles ne semble pas aussi efficace chez les ânes.

On observe en outre une sensibilité beaucoup plus importante à la douve du foie chez les ânes par rapport aux chevaux.

Les traitements donnés pour les chevaux sont également efficaces à des dosages similaires chez les ânes et ne semblent pour l'instant pas entraîner d'effets secondaires plus marqués. Il convient néanmoins de rester prudent sur ce point car les études restent peu nombreuses. De plus, la présence plus importante de parasites peut être à l'origine de troubles plus fréquents au moment du vermifuge, ce qui nécessite un suivi attentif.

Le suivi parasitaire de l'âne se retrouve impacté par cette tolérance particulière et l'analyse d'un résultat de coprologie devra donc en tenir compte. Les normes classiquement utilisées chez le cheval ne sont pas valables pour un âne.

A ce jour, au vu du faible impact sur les ânes d'un nombre important de parasites et de la recrudescence des résistances, il convient de raisonner l'usage des vermifuges en regardant le contexte global. D'autant que pour des raisons encore inexpliquées, les résistances se développent plus facilement et malgré un usage moindre des antiparasitaires dans les troupeaux d'ânes. Une autre particularité à ne pas négliger surtout en cas de co-pâturage ânes / chevaux.

Anne ANTA

Découvrez la nouvelle édition de notre ouvrage A la recherche des parasites : l’analyse coprologique réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Âne au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Âne au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage