Allaitement de l'animal nouveau-né : lui apprendre à boire au seau

Publié le par Anne et Cat

 

Pour les jeunes orphelins ou ceux que l’on sépare de la mère pour une raison quelconque, se pose le problème de l’alimentation de substitution.

 

Mais au-delà du choix du lait, il faut aussi le faire avaler au jeune.

 

Le biberon est la solution à laquelle on pense tout de suite, et qui mime le mieux un allaitement normal. Pour les animaux plus petits, il y a la ressource de la pipette.

 

Il existe aussi pour les gros animaux, le système du seau muni d’une tétine au fond.

 

Mais l’allaitement de cette façon demande beaucoup de patience et de temps, surtout pour les espèces qui boivent souvent et de petites quantités à la fois.

 

Il peut donc être intéressant d’apprendre au jeune à boire au seau (ou au bol pour les espèces plus petites….).

 

Deux problèmes se posent alors :

1. Il faut que le jeune passe d’un réflexe de succion à une aspiration du liquide.

2. Il faut qu’il accepte de boire la tête en bas.

 

Pour les espèces où la mère allaite debout (ruminants, équidés, camélidés…), c’est le deuxième point qui pose le plus problème. Chez le veau par exemple, la position tête en haut permet la fermeture de la gouttière œsophagienne et donc le passage direct du lait vers la caillette (où il caille… ) sans passer par le rumen (par la panse, si vous préférez).

 

Comme le lait est un liquide, vous voilà bien embarrassé avec votre veau qui garde obstinément la tête aux étoiles. Lui renverser le seau sur la tête pourrait peut-être vous soulager mais ne le nourrirait pas.

 

Il faut alors ruser.

 

  • Trempez un doigt dans le lait et donnez-lui à téter.
  • Pendant qu’il tête, descendez la main.
  • Dès qu’il lâche le doigt, vous le replongez dans le seau et vous recommencez.
  • Évidemment, il ne boira pas beaucoup de la sorte mais petit à petit, il descendra à chaque fois la tête un peu plus.
  • Dès qu’il a passé l’horizontale, soulevez le seau plein de lait (ou une cuvette de lait, les bords étant moins hauts, c’est parfois plus facile) et faites descendre votre main dans le lait, pendant qu’il continue à téter votre doigt.
  • Lorsque ces lèvres toucheront le lait, comme il continue à téter le doigt, il avalera du lait en même temps.
  • Souvent, il est assez surpris et s’arrête brusquement.
  • Pas de problème, vous recommencez tranquillement la manœuvre.
  • Petit à petit, il restera plus longtemps le nez dans le lait, mais il faut rester à côté pour l’inciter à recommencer dès qu’il s’arrête.
  • Puis, petit à petit, vous pourrez descendre le seau jusqu’à terre.

 

A noter que l’apprentissage est généralement plus facile avec du lait tiède. L’apprentissage doit se faire dans le calme, à heures régulières et dans des conditions identiques d’une fois sur l’autre. En effet, les différents stimuli (bruits, odeurs, lumière…) créent un conditionnement favorable du jeune.

 

Attention de toujours tenir ou attacher le seau. En effet, les jeunes donnent des coups de tête dans la mamelle de la mère pour faire venir le lait. Ce n’est pas un comportement " méchant " mais normal. Il fera donc la même chose avec le seau. Pas moyen de l’éviter. Sauf que la mère ne tombe pas… il faut donc que le seau ne tombe pas non plus !

 

En général, il est possible d’apprendre à un jeune, même très jeune, à boire au seau en 2 à 3 jours… ce qui est plus pratique que le biberon, surtout pour les animaux qui consomment de grandes quantités de lait tous les jours.

 

Il existe des " bars à lait " qui proposent le lait en permanence aux jeunes mais ce sont des matériels onéreux et donc réservés aux professionnels. Pour les autres, avec de la patience, on peut se débrouiller avec " les moyens du bord ".

 

 

 A demain.

 Cat