Alimentation équine : les aliments pauvres en amidon

Publié le par Catherine, François et Anne

 

Actuellement, on crie haro sur l’amidon qui serait responsable bien des maux de nos chevaux modernes.

 

Certains chevaux sont particulièrement sensibles à l’apport en amidon de la ration. C’est le cas des chevaux qui ont un problème du métabolisme comme l’insulinorésistance ou un cushing, mais aussi ceux qui ont des ulcères à l’estomac ou qui sont sujets aux coups de sang.

 

Pour ceux-là, il est logique, une fois la maladie diagnostiquée par le vétérinaire d’opter pour une alimentation pauvre en amidon et la première façon de le faire est d’alimenter les chevaux avec une part importante de fourrage.

 

Lorsque le fourrage ne suffit plus à couvrir les besoins, il est alors normal de se tourner vers des aliments dont la teneur en amidon est faible. Cela peut se faire en alimentation maison par exemple en changeant de céréale, en introduisant de la pulpe de betterave, des tourteaux… C’est aussi pour cela qu’un certain nombre de fabricants se sont mis à proposer des aliments composés à faible teneur en amidon.

 

Mais autant faire suivre un régime (puisqu’il s’agit de cela à l’instar du régime que doivent suivre les diabétiques) à un cheval qui a un problème est une démarche réfléchie, autant si on veut extrapoler à l’ensemble des chevaux, cela est plus discutable.

 

Or aujourd’hui, donner un aliment pauvre en amidon, c’est être un propriétaire responsable soucieux du bien-être de son cheval. C’est un peu comme la mode de l’aspartam ou des corps gras qui n’ont plus du beurre que la couleur de l’emballage.

 

Mais est-ce forcément une bonne idée ?

 

Renversons les rôles, voulez-vous ? Supposons que vous ayez à formuler un aliment sans utiliser l’amidon (ou le moins possible), comment pourriez-vous vous y prendre ?

 

Vous avez trois façons d’apporter de l’énergie à un cheval : les glucides, les lipides et les fibres. Donc sur notre étiquette, vous allez impacter 4 données : l’énergie (UFC), les glucides (amidon ou amidon et sucres), les lipides (Matières Grasses) et les fibres (Cellulose brute).

 

Vous voulez faire un aliment avec une teneur énergétique donnée car si votre client vous achète un aliment c’est tout de même parce que le foin ne suffit pas au cheval donc il faut bien que vous ayez un apport correct.

 

Dans l’ordre des apports énergétiques au kg, vous avez, du moins au plus énergétique : les fibres, l’amidon, les lipides.

 

Donc l’amidon, on baisse. Il n’y a plus qu’une solution : augmenter les teneurs en matières grasses. Comme les fibres sont beaucoup moins énergétiques au kg que l’amidon, elles ne peuvent à elles seules compenser. Donc vous ajoutez des lipides. Comme souvent les fabricants aiment que la densité de leurs aliments soit toujours la même, bref que le litre pèse toujours le même poids, pour éviter toute erreur en changeant d’aliment, on joue sur la teneur en fibres pour avoir la bonne « dilution ».

 

Voici un exemple de deux produits de la même grande marque :

 

 

Normal

Pauvre en amidon

UFC / kg

0,96

1

Amidon

34,5 %

14,5 %

Cellulose

9,5 %

15 %

Matières grasses

4 %

8 %

Densité

700 g/l

700 g/l

 

Comme vous le remarquez les consignes sont tenues, l’apport en énergie est le même à un borchiclope près, ainsi que la densité et l’apport en amidon a été plus que divisé par 2… Que demande le peuple ?

 

Pour réussir cela, on constate effectivement une augmentation de la teneur en cellulose et un doublement de la teneur en matières grasses.

 

En d’autres termes, on a remplacé un apport d’énergie surtout via l’amidon avec un peu de lipides par un apport basé sur les lipides avec un peu d’amidon. Pour prendre une image, on a diminué le pain de la tartine et augmenté le Nutella.

 

Le gamin est ravi… le cheval aussi car les lipides ajoutent à la flaveur de l’aliment.

Mais au niveau nutritionnel, y a-t-on vraiment gagné ? Et je ne vous parle pas de ceux qui avaient justement choisi un aliment allégé parce que « le cheval ne consomme pas de graines »…

 

Comme disent les Normands : P’tet ben qu’oui. P’tet ben qu’non…

 

Catherine Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par l'équipe de Techniques d'élevage, pour découvrir d'autres articles et les services de notre équipe, rendez-vous surhttp://www.techniquesdelevage.frou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

 

Sac d'aliment pour chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Sac d'aliment pour chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés