Les atteintes placentaires chez la jument gestante

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Zone d'échange entre la jument et son poulain, le placenta est essentiel lors de la gestation. Il permet d'assurer la croissance du fœtus, l'évacuation de ses déchets... une atteinte du placenta peut donc être à l'origine de retards de croissance, d'avortements...

 

Les origines d'une atteinte placentaire peuvent être traumatiques, génétiques, infectieuses ou faire suite à une gémellité.

 

En cas de gestation gémellaire, les deux placentas peuvent être accolés partiellement ou partager des zones, ce qui peut entraîner des décollements partiels ou des insuffisances pour un ou les deux embryons.

 

Une malformation congénitale ou une erreur génétique peuvent également amener à des anomalies placentaires qui pourront mener à un retard de croissance ou un avortement.

 

En dehors de ces cas particuliers, les traumatismes peuvent générer un décollement placentaire. Le choc peut être violent mais il peut aussi être « ciblé ». En effet, un coup de sabot bien placé suffit à provoquer un décollement.

 

Un exercice physique intensif peut aussi mener à une atteinte placentaire.

 

La cause infectieuse est fréquente dans le cas des atteintes placentaires. Ces infections bactériennes ou fongiques sont issues d'une souillure de la vulve, voire du vagin, qui va remonter dans l'appareil génital et se développer au niveau du placenta.

 

La principale mesure de prévention des infections est donc de maintenir l'appareil génital propre.

 

Les manipulations devront donc se faire avec des gants et en respectant les mesures d'hygiène.

 

L'anus d'une jument destinée à la reproduction sera, dans la mesure du possible, proéminent vis-à-vis de la vulve. Une situation qui devra perdurer pendant la gestation. Un amaigrissement excessif pourra faire « rentrer » l'anus par la consommation des graisses qui l'entourent. La jument gestante devra donc rester « en état » et ne pas maigrir de façon excessive.

 

Dans le cas d'une vulve proéminente, on pourra pratiquer une suture chirurgicale pour éviter les souillures.

 

Les changements alimentaires susceptibles de provoquer des diarrhées pourront donner lieu à une contamination des voies génitales.

 

L'environnement sera entretenu régulièrement pour limiter les risques de souillures si la jument se couche.

 

Les symptômes d'une atteinte placentaire chez la jument, quand ils sont présents, consistent en un écoulement vulvaire, parfois purulent, des coliques, un développement précoce de la mamelle (dès 320 jours) avec sécrétion du lait. Les juments n'ont pas d'hyperthermie.

 

Les avortements par atteinte placentaire peuvent se produire très tard dans la gestation car elles ont une évolution parfois lente. Ils peuvent donc se confondre avec une naissance prématurée.

 

L'inconfort abdominal est le premier signal d'alerte d'une éventuelle atteinte placentaire.

 

Une échographie ou un prélèvement vaginal (seulement si on soupçonne une cause infectieuse) constituent les méthodes de diagnostic d'atteinte placentaire les plus usités aujourd'hui.

 

En cas de détection précoce, des traitements existent et permettent parfois de sauver le poulain et la jument atteinte.

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage, retrouvez tous nos articles sur : http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

 

 

Mamelle de jument. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2015

Mamelle de jument. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2015

Publié dans Physio-pathologie