La liqueur de Villate passée au crible

Publié le par Anne et Cat

 

Voici une préparation encore inscrite à la pharmacopée pour les fourchettes pourries et dont la réputation n'est plus à faire. La formule en est simple :

 

  • sulfate de cuivre : 15 grammes,

  • sulfate de zinc : 15 grammes,

  • extrait de saturne (acétate de plomb) : 30 grammes,

  • vinaigre blanc : 200 grammes.

 

Décortiquons les effets de ces substances.

 

Sulfate de cuivre

 

Il est connu pour son activité toxique vis-à-vis des organismes aquatiques (poissons, algues...) et sur les bactéries et les champignons. Il est cependant utilisé en agriculture biologique ; c'est la fameuse bouillie bordelaise.

 

Deux grandes précautions à prendre , en plus de celles pour tous les produits chimiques : enlever tout vêtement souillé et ne pas évacuer le surplus par le sol.

 

Sulfate de zinc

 

Attention : le sulfate de zinc est un polluant des eaux !

 

Le zinc possède bon nombre de propriétés mais dans ce cas, nous allons en retenir deux : la destruction des bactéries et la stimulation de la prolifération des kératinocytes.

 

La fourchette présente, sur sa face supérieure (donc à l'intérieur du sabot), une membrane kératogène (produisant la kératine, molécule organique de base des ongles, poils, cheveux, sabots...). Dit comme cela, c'est un vision très résumée du phénomène. En fait, cette membrane va créer de nouvelles cellules, les kératinocytes, qui vont migrer vers l'extérieur. Elles vont produire la kératine en grandes quantités au cours de leur migration puis mourir pour ne laisser que la kératine.

 

Comme la corne de la fourchette est poreuse, le sulfate de zinc va pouvoir atteindre cette membrane (d'autant plus facilement que la fourchette est pourrie et donc mince) et stimuler les kératinocytes et donc la reconstruction de la fourchette.

 

La destruction des bactéries se passe de commentaire, je présume...

 

L'extrait de saturne (acétate de plomb)

 

Comme dans l'eau blanche, l'acétate de plomb est utilisé comme astringent (« absorbe » l'eau) et bactéricide. Le but essentiel est de retirer l'eau liée à la pourriture de la fourchette. On empêche ainsi de garder un milieu favorable à la prolifération des bactéries et des champignons susceptibles d'aggraver la situation.

 

Rappelons qu'un des grands facteurs déclenchant la pourriture des fourchettes est le maintien du cheval sur une litière humide.

 

Le vinaigre blanc ou de l'eau

 

Le vinaigre blanc, grâce à son pH, va dissoudre les matières organiques (parties de la fourchette pourries, morceau de terre, bactéries, champignons...). On fait place nette !

 

L'eau peut être utilisée à la place du vinaigre blanc dans les cas de pourritures profondes de la fourchette. En effet, imaginez du vinaigre sur une plaie à vif... C'est ce que peut ressentir le cheval si la fourchette est pourrie au point que le vinaigre touche les muqueuses au dessus de celle-ci.

 

Pour qu'il ne souffre pas, dans un premier temps, et même si c'est moins efficace, il vaut mieux pour tout le monde de privilégier l'eau au vinaigre.

 

Mode d'emploi

 

Le mode d'emploi traditionnel mérite d'être rappelé. En effet, comme ce sont des préparations magistrales, il n'est pas indiqué sur la boîte !

 

Soyons clairs : badigeonner la fourchette avec de la liqueur de Vilatte comme on le fait avec du goudron de Norvège ne sert strictement à rien ! Cette erreur plus fréquente qu'il n'y paraît, fait que certains cavaliers remettent en cause l'efficacité de ce vieux remède.

 

En fait, il faut imbiber des cotons généreusement avec la liqueur et les coincer le plus profondément possible dans les lacunes latérales et médiane. Selon la conformation, cela tient plus ou moins bien mais ce geste « injecte » le produit à l'intérieur des tissus.

 

On laisse les cotons 24 à 48 heures puis on les retire. En cas de problème sérieux, on peut en remettre tout de suite ou opter pour un espacement progressif des traitements.

 

Sur un cheval très sujet aux fourchettes pourries, les vieux palefreniers faisaient un traitement préventif une fois par mois, pour être totalement tranquilles.

 

A noter qu'on trouve souvent des produits A la liqueur de Villate... sans être mauvaise langue, c'est comme les boissons A l'orange...

 

Demandez donc à votre pharmacien de faire cette préparation magistrale.

 

Conclusion

 

Un vrai travail d'équipe ! L'acétate de plomb pour assainir, le vinaigre blanc pour dissoudre l'inutile et ne garder que la partie saine de la fourchette, le sulfate de cuivre pour détruire les microorganismes, et le sulfate de zinc pour reformer la fourchette. J'en ai la larme à l’œil, pas vous ?

 

François

 

Structure interne du pied (cheval). Article liqueur de Villate pour fourchettes pourries. Techniques d'élevage. 2012

Publié dans Pharmacie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :