Cystite idiopathique féline

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

La cystite idiopathique féline est un syndrome. Elle se traduit donc par une accumulation de symptômes dont la cause est inconnue... pour l'instant.

 

Il n'existe en effet aucune certitude dans ce domaine.

 

On observe des symptômes peu révélateurs. Le chat va uriner hors de sa litière (périurie) suite souvent à des douleurs lors de la miction et des tentatives répétées infructueuses. Si on laisse faire, on observera ensuite une urine teintée de rouge (traces de sang) voire des morceaux de muqueuse.

 

Le chat est nerveux, il peut se plaindre et va chercher à se cacher.

 

Mais tous ces symptômes peuvent être le signe de nombreuses pathologies urinaires connues. Depuis les calculs urinaires, jusqu'aux infections en passant par les cancers.

 

Mais à partir de la première récidive et suite à des examens peu concluants, le diagnostic tombe : cystite idiopathique féline.

 

On vous annonce alors que la cause n'est pas connue, que le traitement est uniquement symptomatique et que votre chat aura peut-être le problème régulièrement.

 

Pourtant, quand on y regarde de plus près, ce n'est pas par manque d'hypothèse que cette pathologie est idiopathique mais à cause de la pluralité des hypothèses. Chaque chat semble avoir son traitement efficace et ses raisons de déclencher une cystite.

 

Voyons ensemble ces hypothèses qui circulent sur la cystite idiopathique féline.

 

L'hypothèse la plus répandue est que le stress du chat servirait de facteur déclenchant au phénomène. Votre chat serait donc plus sujet au stress que les autres félidés et l'exprimerait de cette manière. On adapte donc l'environnement du chat en l'enrichissant et en créant des zones de calme. L'utilisation de phéromones de synthèse est parfois indiquée.

 

Une autre hypothèse serait un abreuvement insuffisant du chat. L'urine, plus chargée, irriterait alors la vessie provoquant une cystite. Cette hypothèse mène à une adaptation de l'alimentation qui devra inciter le chat à boire. Aliments humide et plus salés que la moyenne sont conseillés. Attention toutefois que cette alimentation ne peut être mise en place que sur conseil d'un vétérinaire car certaines pathologies ressemblant à la cystite idiopathique peuvent s'aggraver après ajout de sel dans la ration.

 

La stérilisation semble aussi jouer un rôle dans les problèmes de cystite idiopathique. Le marquage urinaire disparaissant souvent après l'opération, l'urine stagne dans la vessie au lieu d'être évacuée régulièrement en petites quantités. Elle peut donc irriter la vessie lors du stockage.

 

Le poids du chat joue dans certains cas un rôle quand il est excédentaire. Faire perdre du poids raisonnablement à certains chats permet de limiter les récidives.

 

Toutes les causes qui empêchent un chat d'accéder à sa litière ou à l'eau peuvent favoriser la cystite idiopathique. La présence d'autres chats, un emplacement peu accessible ou bruyant, de l'arthrose ou des difficultés à se déplacer... L'adaptation de l'environnement est alors capitale.

 

Rajoutons à cela toutes les hypothèses auxquelles les chercheurs n'ont pas pensé et vous comprendrez que la solution à la cystite idiopathique, c'est vous.

 

 

http://www.techniquesdelevage.fr/

http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

Jeune chat sous une voiture. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

Jeune chat sous une voiture. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

Publié dans Physio-pathologie, Elevage