Quelle est l’influence de la qualité du fourrage sur la grosseur du ventre d’un cheval ?

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

Phénomène bien connu chez le poulain, un ventre gros sur un animal par ailleurs non gras (côtes visibles ou perceptibles facilement) signe un animal recevant une ration dont la densité énergétique est insuffisante.

 

Mais dans le cas d’un cheval adulte ?

 

Supposons un cheval de 500 kg qui consomme 10 kg de matière sèche de foin par jour soit un peu plus de 11 kg de foin.

 

Si ce foin est de bonne qualité, sa digestibilité (/MS) tourne aux alentours de 70 % alors qu’elle peut n’être que de 40 % sur un produit de qualité médiocre.

 

Dans le cas du fourrage de bonne qualité, la quantité d’indigestible sera donc de 30 % soit 300 g par kg de MS de foin, soit pour nos 10 kg de MS ingérés, nous aurons 3 kg de crottins sec. Le crottin étant environ à 20 % de MS, nous aurons donc 15 kg de crottin « de foin » frais. La quantité d’eau utilisée éliminée lors de cette digestion sera donc de 12 litres

 

Si on prend le fourrage de qualité médiocre, l’indigestible sera de 60 % soit 6 kg de crottin sec soit 30 kg de crottin frais. La quantité d’eau sera alors de 24 litres.

 

En d’autres termes, le passage d’un fourrage de très bonne qualité à un fourrage de qualité médiocre entraînera mécaniquement au moins un doublement du volume des digestas. Je dis « au moins » parce que je suppose dans cet exemple que le transit n’est pas ralenti alors qu’il le sera vraisemblablement ce qui accentuera le phénomène.

 

Evidemment, si c’est un jeune poulain, on aura une sous-digestibilité d’autant plus importante que le fourrage est riche en cellulose. Le fourrage grossier sera doublement pénalisé.

 

Accessoirement, vous noterez que le fait de passer à un fourrage de moins bonne qualité, augmente les besoins en eau.

 

Pour les chevaux de sport, de show ou pour certaines races comme les toys, il est nécessaire pour des raisons esthétiques ou de confort du cheval pendant les épreuves, de limiter le volume du ventre.

En général, pour y arriver, on limite l’apport de fourrage mais cela peut engendrer des problèmes gastriques, de coliques ou de confort psychologique du cheval.

 

Plutôt que de diminuer la quantité de foin pour de tels animaux, il est souhaitable d’avoir un fourrage d’excellente qualité, très digestible qui jouera son rôle de prévention des ulcères, de maintien d’une bonne digestion et de tranquilisation sans entraîner un gros ventre.

 

Pour le fourrage, cela signifie choisir un second cycle feuillu au lieu d’un premier épié et privilégier les produits verts avec une excellente conservation.

Catherine Kaeffer
 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Foin feuillu d'excellente qualité. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Foin feuillu d'excellente qualité. Techniques d'élevage. Tous droits réservés