Faire maigrir un jeune animal

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

Nos animaux sont aussi touchés par la phobie actuelle de l’obésité. Il faut dire qu’en ces temps de pléthore, le phénomène est assez courant. On a du mal à refuser la friandise, le petit plus qui lui fera tant plaisir : une carotte ou du pain à un âne, un « bonbon » à un cheval, un petit extra pas si extraordinaire que cela au chien de la maison quand il vous fait les yeux doux pendant le repas.

 

Phénomène courant certes mais loin d’être systématique. Les magazines féminins retentissent du panégyrique du culte de la minceur voire de la maigreur à tout prix et à l’instar de Robespierre, nous entendons chaque jour vanter les vertus et les bienfaits de ce tyran.

 

Dans cette chasse à tout ce qui est rond, les jeunes aussi ont leur place. Dès le plus jeune âge, on regarde avec angoisse tout ce qui peut ressembler de près ou de loin, à un dépôt de graisse.

 

Et c’est là qu’on met un jeune animal au « régime » pour le faire maigrir. Ces régimes sont copiés sur ceux de l’adulte avec restriction calorique relativement importante à la clé. Et on surveille la descente de poids.

 

Or, sauf cas d’extrême urgence, il est non seulement inutile mais carrément nuisible de mettre un jeune à la portion congrue.

 

Le risque est de porter atteinte à sa croissance. En effet, beaucoup d’espèces ont un mécanisme de défense qui permet au jeune de mettre sa croissance entre parenthèses quand les conditions deviennent mauvaises et de la relancer lorsque la vie reprend des allures de corne d’abondance.

Cela permet au jeune de passer son premier hiver et de survivre, en mettant en place des stratégies d’économie.

Donc si vous mettez un jeune au régime, il va arrêter de grandir dans un premier temps. Ses besoins vont alors drastiquement diminuer et… il aura suffisamment, même avec son régime, pour stocker de la graisse.

Dans ce cas, un retour à une alimentation normale, en lui redonnant les moyens de sa politique, autrement dit les nutriments nécessaires à sa croissance, peut le faire maigrir parce qu’il grandit.

 

Mais évidemment, si la situation se prolonge, l’organisme n’aura d’autre choix que de faire des coupes budgétaires. Entendez par là qu’il renoncera à une partie de la croissance prévue et ossifiera.

 

Le format adulte, la santé et la longévité seront alors touchés.

 

Mais me direz-vous comment faire maigrir un jeune rondouillard ?

 

Tout simplement en donnant légèrement moins d’énergie que ses besoins (mais seulement légèrement pour ne pas déclencher un réflexe d’économie) et en couvrant les besoins protéiques, minéraux et vitaminiques.

L’organisme continuera alors à grandir sur le même rythme car il a tout ce qu’il lui faut. Et le petit déficit énergétique, il le compensera en prenant dans ses graisses de réserve.

 

Ainsi, vous aurez un animal qui ne perdra pas de poids. Il continuera à en prendre mais sur une courbe moins rapide que sa courbe de croissance en hauteur et/ou en largeur.

 

Partant, il maigrira en prenant du poids.

 

Évidemment, plus vous êtes sur une période de la vie où la croissance est active, plus le format adulte est important, plus vous aurez ce type de phénomène.

 

Catherine Kaeffer

 

Chaton Maine Coon. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Chaton Maine Coon. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Publié dans Alimentation