Bovins : la fermeture de la gouttière œsophagienne

Publié le par Anne et Cat

 

La gouttière œsophagienne n'est pas une structure ou un organe permanent.

 

Située à l'intérieur du tube digestif des bovins, elle n'est d'ailleurs visible en temps normal que sous la forme de deux lames de chair disjointes.

 

Gouttière oesophagienne. Techniques d'elevage. Source Ribot.

 

Un réflexe permet « d'activer » ces lames qui se contractent, s'enroulent étroitement et forment alors une gouttière : la gouttière œsophagienne.

 

Comme son nom l'indique, elle débute à la sortie de l'œsophage avec qui elle crée une continuité étanche.

 

Gouttière oesophagienne trajet du lait. Techniques d'élevage. Nantes 2012

 

Ce réflexe s'active chez le veau ou le jeune bovin à chaque tétée.

 

En théorie donc, le veau lève la tête, effectue plusieurs succions du pis infructueuses puis obtient un peu de lait. A cet instant, le réflexe provoque la fermeture de la gouttière œsophagienne et sa jonction étroite avec l'œsophage.

 

Quand le lait arrive, il est donc court-circuité et ne passe pas par le rumen et le réseau (comme les autres aliments).

 

Mais ça, c'est la théorie... en pratique, c'est souvent moins mathématique !

 

Prenons un veau qui boit du lait dans un seau, un veau qui a une maman trop productive, un veau qui a une maman au débit trop important, qu'il ne voit pas assez (le pis « déborde » de lait)... et on ne réunira pas toutes les conditions nécessaires au réflexe. La fermeture sera tardive ou absente.

 

Dans ces cas-là, une quantité plus ou moins importante de lait arrive dans le rumen et y reste.

 

En effet, le veau est incapable de l'expulser ou de l'amener à continuer son cycle. Quant au rumen, il est incapable de le digérer.

 

Le lait rentre donc en putréfaction à l'intérieur du rumen, c'est ce qui donne l'indigestion chronique ruminale, une affection, mortelle sans soins, de plus en plus fréquente chez les veaux.

 

Les symptômes sont un retard de croissance, une baisse d'appétit, une faiblesse et des fèces collantes et argileuses.

 

Les symptômes n'apparaissent qu'une fois le lait entré en putréfaction et la paroi du rumen bien abîmée, donc une fois le pronostic vital du veau engagé.

 

On peut cependant détecter cette affection dès le départ en écoutant le flanc gauche du veau quand il boit. En effet, si la fermeture n'a pas lieu, on entendra le lait couler dans le rumen.

 

Si vous avez un veau sensible au problème, le traitement consiste en une vidange du rumen et en l'administration de lait systématiquement après succion répétée des doigts, la tête en l'air (ne pas laisser le veau descendre la tête entre les deux étapes).

 

La prévention consiste à donner le lait avec une tétine (bas débit pour éviter que trop de lait n'arrive d'un coup) en hauteur et à laisser le veau « téter dans le vide » un petit moment avant de lui mettre le lait afin d'activer le réflexe.

 

Chez le bovin adulte, la gouttière reste, le réflexe aussi.

 

On s'en sert pour donner des médicaments qui ne supporteraient pas le passage dans le rumen (ou que le rumen ne supporterait pas !).

 

Pour activer le réflexe chez le bovin adulte, on assoiffe ceux-ci afin que la gouttière se ferme pour faire passer plus vite l'eau et le médicament dilué.

 

vache allaitant veau - illustration article gouttière oesophagienne - copyright : techniques d'élevage

 

A bientôt,

Anne

Publié dans Physio-pathologie