La coagulation, une affaire d'espèce

Publié le par Anne et Cat

 

Comme je vous l'avais dit précédemment sans être explicite, les espèces animales ont chacune une coagulation ayant des points forts et des points faibles. Il est temps de réparer cette malencontreuse négligence pour le bovin et l'ovin que l'on va comparer à l'espèce humaine.

 

Le bovin

Par rapport à l'Homme, les différences sont significatives pour 4 facteurs de coagulation :

  • Le facteur I permettant la production de fibrine (molécule de renforcement du clou plaquettaire) est moins actif chez les bovins.

  • Les facteurs VIII et IX ont une activité bien supérieure chez eux.

  • Le facteur X a une activité inférieure.

 

On a donc une coagulation s'activant plus vite et plus efficacement mais le renforcement est plus lent. La croûte est donc plus fragile plus longtemps. D'ailleurs, la vitesse de sédimentation fait partie des plus importantes chez les mammifères.

 

L'ovin

Toujours par rapport à l'Homme, les différences sont significatives pour 4 facteurs :

  • Le facteur II est moins efficace ralentissant du même coup l'activation du facteur I.

  • Les facteurs VII et X sont aussi moins efficaces donc on a un retard dans le processus.

  • Le facteur IX est plus actif.

 

Le démarrage est donc plus lent mais une fois la phase de coagulation lancée, le processus s'accélère. Cependant, au final, l'ensemble du processus prend plus de temps que pour nous.

 

Dans les deux cas, le clou plaquettaire se fait plus rapidement grâce à une quantité de plaquettes supérieure. Cependant, le bovin est celui qui coagulera le plus lentement car le processus est limité par les facteurs I et X en moins grandes quantités (voie commune : dernière étape de la coagulation).

 

En pratique :

  • pour le mouton, après une prise de sang (une plaie de la taille d'une tête d'épingle) à l'aorte, il a fallu maintenir une pression suffisante pendant une minute.

  • Pour le bovin, après une prise de sang à l'artère coccygienne, il a fallu maintenir une pression suffisante pendant trois minutes !

 

Francois

 

Coagulation chez les bovins et ovins. Vache au pâturage. Techniques d'élevage. Nantes 2012