Choisir son produit contre l'arthrose. Les insaponifiables d’avocat et de soja (IAS)

Publié le par François KAEFFER. Editions Alpha et Oméga

Dans les articles précédents, nous avons fait un tour d’horizon rapide des pathologies osseuses et fait un point sur les connaissances sur l’acide hyaluronique et sur le MSM (méthylsulfonylméthane) dans le cadre d’une utilisation par voie orale contre l’arthrose. Les IAS (Insaponifiables d’avocat et de soja) peuvent aussi être utilisés dans ces produits. Techniques d’élevage fait un point sur ce constituant.

Continuons avec un nouveau venu : les Insaponifiables d’Avocat et de Soja (IAS pour les intimes...).

Ces molécules correspondent à la fraction lipidique non glycéridique et donc incapable de produire un savon par le fameux procédé de saponification. Cette fraction est donc un ensemble de lipides qui dépend de la plante dont l'huile est extraite.

Pour nous, ce seront les huiles d'avocat et de soja, leurs fractions insaponifiables sont :

  • Pour l'avocat : tocophérols, des alcools terpéniques et aliphatiques, des stérols et hydrocarbures. Sa composition est cependant variable.
  • Pour le soja : stérols (30-45  %), hydrocarbures (15-30 %) et des tocophérols

L'association des deux fractions a montré une activité in vitro permettant d'annuler partiellement l'effet de l'interleukine-1 sur les cellules synoviales et de supprimer totalement son action sur les chondrocytes.

Cette cytokine pro-inflammatoire est une des plus importantes de l'inflammation et elle agit sur les chondrocytes en stimulant la production de collagénase, une enzyme brisant le collagène ce qui détruit la trame protéique de l'os.

Ce mélange est un antiinflammatoire efficace, en particulier du système locomoteur, dont il permet de conserver la structure protéique.

Il faudrait aller davantage dans le détail pour avoir les éléments pharmacocinétiques si chers à mon cœur afin de voir le cheminement des molécules et des voies d'action mais ce « détail » n'est pas disponible, hélas...

Par contre, nous avons quelques éléments sur les effets indésirables :

  • Troubles de la coagulation avec l'apparition d'ecchymoses ;
  • Cytolyse hépatique modérée, apparition d'une jaunisse ou ictère ;
  • Douleurs abdominales / diarrhées ;
  • Fatigue ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Urines foncées.

Ces effets indésirables indiquent qu'il faut rester prudent quant à son utilisation qui pour le moment reste empirique. Tout cheval présentant une faiblesse rénale ou hépatique doit éviter par précaution ce mélange et tout changement de comportement est potentiellement suspect.

En conclusion, c'est un élément à fort potentiel mais il faut surveiller la tolérance de son cheval voire éliminer dans le cas de troubles avérés déjà présents.

François Kaeffer

Vous avez aimé cet article ? Saviez-vous que notre équipe réalise des livres et des guides pour les professionnels et les particuliers du monde du cheval ?

Découvrez La flore, clé du bien-être de mon cheval et notre poster récapitulatif La flore digestive intestinale du cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

Techniques d'élevage,
la garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance,
jusque dans votre poche !

MAJ mars 2022

Chevaux en action. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés

Chevaux en action. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés