Le foin est cher, pensez à la paille !

Publié le par Anne et Cat

 

Actuellement dans beaucoup de régions françaises, le foin est rare.

Qui dit rare, dit cher… quand le trouver ne relève pas du parcours du combattant.

Et en plus, de ce que j’ai pu en voir, ce qui se commercialise en ce moment n’est pas génial. Les agriculteurs gardent leur meilleur foin pour leurs bêtes (et on les comprend) et on trouve sur le marché même des stocks de l’année dernière.

Si le foin n’est pas moisi, c’est consommable effectivement sans problème. Mais question nutrition, ce n’est pas le top.

 

Par contre, j’ai vu des pailles absolument superbes, temps sec oblige. Des pailles luisantes, qui viennent juste d’être récoltées. Le Baucuse de la paille en quelque sorte.

Il est évidemment hors de question de nourrir un animal très productif ou qui travaille beaucoup avec de la paille. Mais pour des animaux moins exigeants, cela peut tout à fait convenir moyennant quelques ajustements de ration.

 

Jugez-en vous-mêmes :

 

Foin prairie naturelle pleine floraison

  • 85 % de Matière Sèche
  • 8,3 % de Matières Azotées Totales par rapport à la Matière Sèche
  • 36,5 % Cellulose Brute par rapport à la Matière Sèche
  • Phosphore 2 g/kg de Matière Sèche
  • Calcium 5 g/kg de Matière Sèche

 

Paille de blé

  • 88 % de Matière Sèche
  • 3,6 % Matières Azotées Totales par rapport à la Matière Sèche
  • 43,0 % Cellulose Brute par rapport à la Matière Sèche
  • Phosphore 1 g/kg de Matière Sèche ;
  • Calcium 2 g/kg de Matière Sèche

 

Remarques

 

J’ai pris un foin en pleine floraison car beaucoup d’agriculteurs ont été obligés d’attendre pour avoir une quantité suffisante à faucher.

 

Les chiffres donnés pour la paille correspondent à du " tout venant " et sont donc à mon avis sous-estimés par rapport à ce que vous pourrez trouver… ce sera tout bénéf !

 

Conclusion

 

Question encombrement donc apport de lest, peu de différence entre la paille et le foin.

Par contre, la paille est nettement moins riche en Matières Azotées et de surcroît elles sont peu digestibles.

Si vous décidez de passer à la paille, il vous faudra donc apporter un petit complément.

 

Prenons l’exemple d’un cheval de 500 kg qui est au foin à volonté. On peut estimer qu’il mange environ 7 kg de MS de foin par jour. Si on remplace le foin par de la paille, on aura :

 

Cheval FOIN PAILLE
Unités Fourragères Cheval 3,01 2 ,03
Matières Azotées Digestibles Cheval g 217 0
Phosphore g 14 7
Calcium g 35 14

 

Vous constatez que le principal inconvénient se trouve au niveau de l’azote. Il y a aussi une baisse de l’apport énergétique mais moins marquée. Il manque par jour 0,98 UFC et 217 g de MADC.

 

Pour compenser, de nombreuses solutions sont disponibles :

 

Exemple 1 : avoine : 400 g et Pellets de Luzerne déshydratées 2 kg par jour vous apporteront 1,26 UFC et 202 g de MADC ce qui compensera largement.

 

Exemple 2 : avoine 800 g et Tourteau de soja 50 400 g par jour vous apporteront 0,95 UFC et 215 g de MADC.

 

J’ai intentionnellement choisi l’avoine comme céréale. Ce n’est pas une simple lubie mais c’est parce que l’avoine est beaucoup plus riche en MADC que l’orge par exemple (et plus riche en cellulose mais cela, en l’occurrence, ne nous intéresse pas).

 

Ce sont des solutions convenables car il est illusoire d’essayer d’ajuster les chiffres au poil près. En effet, les incertitudes quant à l’apport exact d’un aliment sont importantes. Et je ne vous parle pas de l’incertitude sur la quantité réellement mangée par l’animal et sur sa façon d’utiliser l’aliment ! Il n’y a qu’à regarder dans un pré comment certains chevaux sont trop bien nourris alors que d’autres n’arrivent pas à manger assez pour leurs besoins.

 

Vous pouvez aussi acheter un complément fabriqué. Il faut qu’il soit riche en azote. Vous pouvez alors choisir un complément à 0,98 UFC par kg et 21,7 % de MADC.

 

Comme toujours, vous devez faire une transition progressive entre le foin et la paille et surtout si votre cheval est très en état, donnez au départ 20 % de moins de concentré. Au bout d’une semaine, si vous voyez qu’il n’a pas suffisamment, réajustez. Mais on est parfois surpris de l’efficacité avec laquelle certains chevaux profitent et il ne faudrait surtout pas avoir un désordre digestif ou métabolique.

 

Cet article fait suite à une observation de Pupucefreewoman sur l’épuisement de ses réserves de foin. Ce matin, au saut du lit, j’ai plongé le nez dans mes tables et j’ai fait le calcul pour des chevaux.

 

Promis, dès que j’ai les yeux un peu plus en face des trous, je regarde comment cela peut s’appliquer aux chèvres mais ce qui est sûr c’est que c’est possible.

Cat