Gain de poids et alimentation chez un jeune cheval et chez un adulte

Publié le par Catherine Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Pour qu’un aliment soit adapté à l’alimentation d’un cheval, il faut que le profil de sa composition reflète le plus précisément possible le profil des besoins du cheval. Plus que la teneur en tel ou tel élément, c’est le rapport entre les différents éléments qui permet de différentier les types d’aliments. Parce que la composition du gain de poids est différente chez le poulain et chez l’adulte, la composition des aliments utilisés doit refléter cette différence. Techniques d’élevage fait le point. 

Regardez un poulain à la naissance. Il est maigre avec des muscles bien dessinés donc non recouverts par une couche de graisse mais finalement une masse musculaire relativement peu importante par rapport à l’adulte. Évidemment, ce n’est pas dans le ventre de sa mère qu’il a pu faire du sport ! Et puis, pour un poids aussi faible, il n’a pas besoin de tant de muscle que ça pour vous sortir un trot aérien. 

Chez le poulain, la croissance va d’abord être osseuse et permettre de développer les organes qui permettent au corps de fonctionner : tube digestif, foie, reins, cœur etc. Que ce soit les os ou les organes vitaux, ils correspondent principalement à des tissus « maigres » ; autrement dit des tissus qui vont avoir besoin pour se construire de protéines et de minéraux. N’oublions pas qu’un os est constitué d’une trame protéique sans laquelle les minéraux ne pourraient pas se fixer. La quantité de tissus gras est faible. Les muscles se développent moins vite que le squelette.

Lorsque ce poulain va prendre 1 kg, il le fera avec le bon lait de sa mère : beaucoup de protéines, beaucoup de minéraux et un peu d’énergie. La nature est bien faite. Son rapport tissus maigres / tissus gras est très élevé. Dans le lait, le rapport protéines (pour les tissus maigres) / énergie (pour les tissus gras et le mouvement) est lui aussi très élevé pour suivre ses besoins. 

Si vous regardez le même poulain à 2 ans. Il a continué à grandir. Il a pris de la masse, des muscles et un peu de graisse de couverture. S’il était sec comme il était à la naissance, avec des muscles dessinés, on le trouverait trop fit. 

Même si le muscle est un tissu maigre, il est moins maigre que l’os. Et puis, vous avez le développement de cette petite couche de graisse sous cutanée. Son rapport tissus maigres / tissus gras a déjà pas mal descendu. Donc le rapport protéines / énergie doit lui aussi descendre. Son alimentation évolue en conséquence. Plus de foin et d’herbe, aliments peu concentrés et moins protéinés le plus souvent et surtout moins digestibles. Pour l’aliment, il faut quand même tenir compte de sa jeunesse. Il lui faut donc une alimentation moins protéinée que le lait mais plus que le fourrage. C’est le rôle des aliments dits « élevage ».

Si vous regardez le cheval de 10 ans que ce poulain est devenu, pour lui tout est déjà construit. Il n’a plus que le renouvellement à faire. Et lorsqu’on regarde la proportion de tissus gras dans son organisme, même si le cheval n’est pas spécialement rond, elle est considérablement plus importante que pour le poulain. Ses besoins alimentaires suivent. Comme il n’a plus un organisme à construire, il a moins besoin de protéines et par contre, il a besoin de plus d’énergie pour bouger un poids considérable par rapport au poulain. Le rapport protéines / énergie est donc au plus bas. Souvent le fourrage peut lui suffire. Parfois, s’il travaille ou si c’est un grand modèle, il lui faudra un apport complémentaire. Mais cet apport sera d’abord énergétique. Il s’agit de mettre de l’essence dans le moteur. 

L’idée à retenir est que l’alimentation dans son rapport entre ses différents éléments doit avoir un profil qui colle avec celui des besoins. 

La difficulté est de trouver le bon rythme d’évolution de l’alimentation, celui qui colle à l’évolution de ce cheval et non pas à une évolution théorique et à quel moment passer à une alimentation adulte. Nous verrons ce point particulier qui pose souvent souci, lors d’un prochain article. 

Catherine Kaeffer

Vous avez aimé cet article ? Saviez-vous que notre équipe réalise des livres et des guides pour les professionnels et les particuliers du monde du cheval ?

Pour mieux raisonner votre alimentation, découvrez
Je comprends l'étiquette de l'aliment de mon cheval et

La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval
réalisés par TE.
Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

Techniques d'élevage,
la garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance,
jusque dans votre poche !

MAJ avril 2022

Jeune cheval en présentation. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés

Jeune cheval en présentation. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés