Que penser de la température de son animal ?

Publié le par Catherine, François et Anne

 

Prendre la température est considéré comme un geste banal, une mesure sûre et sans discussion... et pourtant, comme dans toutes les prises de mesures, il y a des faux-positifs et des faux-négatifs. Autrement dit, certains animaux sont considérés en hyperthermie, en hypothermie ou normaux à tor.

 

La température la plus souvent prise comme référence dans le monde vétérinaire est la température rectale. Bien corrélée à la température corporelle, cette température est souvent définie par un intervalle de valeurs considérées comme normales.

 

Cet intervalle est souvent lié à une espèce et peut donc être vaste. Pourtant, certains animaux seront naturellement en dehors de cet intervalle ou situés à un extrême, ce qui pourra être une première cause de faux-positifs ou de faux-négatifs.

 

Il est donc nécessaire pour un propriétaire de connaître la température rectale normale de son animal.

 

N'hésitez pas à demander à votre vétérinaire de vous montrer la procédure pour prendre la température rectale. Car la prise de température répond à une procédure et il est important que votre vétérinaire et vous-même ayez la même de façon de faire, afin de limiter les erreurs de mesure.

 

La prise de température rectale peut ainsi être surestimée ou sous-estimée en fonction des conditions de mesure. Cette surestimation ou sous-estimation est indépendante de la température corporelle et peut donc mener à un faux-positif ou un faux-négatif.

 

Il faut d'abord remarquer que la température donnée en référence est une température rectale et non anale. Il ne faut donc pas hésiter à rentrer un peu le thermomètre dans le tube digestif si on souhaite se référer aux valeurs de référence.

 

On peut avoir un animal dont la température rectale est plus élevée que la température corporelle, notamment suite à une inflammation localisée du tube digestif.

 

Ou on peut avoir un animal dont la température rectale est moins élevée que la température corporelle suite à, par exemple :

 

  • un état de choc avec ralentissement de la circulation sanguine,

  • un rectum rempli d'air ou de fèces,

  • des conditions climatiques froides,

  • la présence de masses tumorales non inflammées,

  • un temps de mesure trop court.

 

Il faut le plus souvent laisser le thermomètre en place 3 minutes pour espérer une température représentative.

 

Chez l'Homme, la température rectale augmente avec un retard de 30 à 45 minutes par rapport à l'augmentation de la température corporelle. Les variations de température sont donc visibles avec retard si on prend la température rectale.

 

Pour les oiseaux la température de référence est souvent la température prise sous une aile plaquée contre le corps de l'oiseau. Pour cette mesure, le principal défi est représenté par l'isolation créée par le plumage. Ainsi, il faut non seulement tenir l'aile bien plaquée contre le corps mais ne pas hésiter à attendre plusieurs minutes, voire une dizaine de minutes avant de relever la température.

 

Ne vous fiez donc pas au signal sonore du thermomètre et n'hésitez pas à répéter la mesure.

 

Cet article a été rédigé par l'équipe de Techniques d'élevage, pour découvrir d'autres articles et les services de notre équipe, rendez-vous sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

 

Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2015

Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2015

Publié dans Analyses, Physio-pathologie