Peut-on utiliser un polyéthylène glycol chez un cheval ?

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Très utilisés chez les ruminants, les produits de la famille des polyéthylènes glycol sont considérés d’un bon œil pour faire augmenter les capacités d’ingestion (entre autres choses) et donc la production de lait. C’est effectivement un avantage indéniable et l’on peut être tenté de l’utiliser chez le cheval que ce soit pour les rations de récupération, les chevaux de course qui ont des besoins énergétiques importants et une capacité d’ingestion limitée et les poulinières (lactation et gestation).

 

Hélas, si tout était si simple… Le polyéthylène glycol sous forme liquide est connu pour sa toxicité équivalente à l’éthylène glycol. Ce dernier est bien connu dans les cas d’intoxications chez le chien à cause de son goût sucré très apprécié et de sa haute toxicité.

 

Cette toxicité s’exprime par une acidose (diminution du pH sanguin et peut engendrer la mort) et la formation d’oxalate de calcium. Ce métabolite va cristalliser dans les reins et, en se déplaçant, va endommager gravement voire va bloquer le rein. La mort est classique dans la toxicité aigüe.

… Mais alors comment se fait-il que l’on n’ait pas constaté de problème ?

 

Deux raisons majeures à cela :

  • Le rumen est suffisamment ample pour que la dilution de la quantité administrée soit suffisante pour éviter l’intoxication aigüe.
  • Quasiment aucune toxicité chronique. Les symptômes de cette intoxication provoquent des troubles neurologiques comme si le ruminant s’était sifflé quelques verre de vodka, une atteinte rénale et une irritation des muqueuses.

 

Chez les ruminants, son utilisation se comprend mais chez le cheval nous avons quelques problèmes. L’estomac est tout petit donc la concentration en polyéthylène glycol crèverait le plafond dans l’estomac et donc au final dans le sang, nous aurions un pic potentiellement mortel pour le cheval. 

 

Que cela dit : l’utilisation de certaines pratiques classiques d’une espèce vers une autre doit être mûrement et scientifiquement réfléchie puisque l’on change toutes les données de base et donc toutes les conclusions... Ainsi parla Zarathoustra !

 

Bonne journée.

François Kaeffer

Cet article a été rédigé par l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos  articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Tous droits réservés. Techniques d'élevage