Pouls digité chez l'équidé et fourbure

Publié le par Alpha et Omega

 

Le pouls digité, c'est la pulsation du sang ressentie au niveau de l'artère digitale située sur la face interne du boulet. Ce pouls est de façon générale presque imperceptible.

 

Voici un schéma qui vous permettra de le retrouver (point n°20) :

Ce schéma provient du livre "Illustrated Veterinary Anatomical Nomenclature" édité par Oskar Schaller

Ce schéma provient du livre "Illustrated Veterinary Anatomical Nomenclature" édité par Oskar Schaller

 

Et si ce pouls fait tant parler de lui, c'est parce qu'il a la caractéristique de devenir « bondissant » et perceptible par chacun quand le cheval ou l'âne est atteint de fourbure.

 

Le raccourci « pouls digité fort = fourbure » est commun sur la toile mais il ne faut pas s'y tromper.

 

Pour comprendre ce que l'on sent sous les doigts, imaginez un tuyau d'arrosage que vous ouvrez et vous fermez toutes les deux secondes. Vous aurez des à-coups dans le tuyau que vous pourrez sentir en le pressant gentiment contre un mur. Plus la quantité d'eau envoyée est faible, plus vous aurez du mal à sentir quand l'eau arrive. Si par contre, on envoie une grande quantité d'eau, la pression est telle que le tuyau va chercher à s'échapper et qu'il va même chassez vos doigts si vous le serrez trop contre le mur... vous aurez alors une démonstration de ce qu'est (toutes proportions gardées) un « pouls bondissant ».

 

Un pouls digité fort ou « bondissant », c'est le signe qu'il y a davantage de sang dans l'artère digitale ou qu'il va plus vite. C'est ce sang que vous sentez avec vos doigts bien placés. Un pouls digité fort est donc équivalent à un apport sanguin massif ou à de l'hypertension.

 

La première chose à faire quand le pouls est bondissant c'est donc de vérifier que le phénomène est localisé. Si tous les vaisseaux « bondissent », il faut appeler rapidement un vétérinaire pour qu'il écarte la possibilité d'une hypertension ou d'un phénomène généralisé.

 

Dans le cas d'un apport de sang supplémentaire localisé, il est fournit par l'organisme dans le cadre du processus inflammatoire. Cet apport est lié à un besoin accru pour réparer, lutter, évacuer...

 

La fourbure se traduit notamment sur le plan clinique par une inflammation. L'organisme enclenche le processus inflammatoire, il amène donc davantage de sang au sabot. Ce faisant, l'artère auparavant tranquille, se retrouve « surchargée » et on la sent donc bien mieux sous les doigts.

 

Mais tous les processus inflammatoires vont donner une telle réponse. Un abcès, une bleime, un traumatisme... sont autant de problèmes qui peuvent générer une inflammation et donc un pouls digité fort.

 

Ne cédez pas à la tentation de faire un régime préventif (comme c'est souvent conseillé) pour prévenir la fourbure quand le pouls devient fort. Observez votre équidé et si vous avez un doute, consultez un vétérinaire.

 

Anne Anta

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :