Mener un poulain en main : lui apprendre son travail

Publié le par Anne Cat et François

 

Dans le précédent article, nous avons vu comment gérer un poulain ignorant, voyons maintenant comment lui apprendre son métier.

 

Notre poulain sait tourner avec nous et vous aurez tôt fait de lui apprendre à modérer ses accélérations. Pour ralentir, vous rétrécissez pour l'instant le cercle mais sans action directe.

 

Avant d'apprendre à s'arrêter en ligne droite, il faudra passer par la case « distance ». Cette étape supplémentaire est en effet indispensable avec les poulains qui ont du poids sur l'avant (ce qui est le cas de la plupart des poulains).

 

Cette étape consiste à mettre entre votre épaule et celle du poulain une distance d'au moins 50 cm, sinon 1 m.

 

Cette distance est importante pour plusieurs raisons :

 

  • Pour éviter de vous faire tracter car les actions parallèles au mouvement sont un point d'appui idéal.


  • Pour éviter que vous soyez tenté d'avoir une gestion courte. Autrement dit pour éviter que vous laissiez à votre poulain une liberté inférieure à 15 cm, ce qu'il prendrait très mal.


  • Pour que votre poulain marche droit tout seul et qu'il soit équilibré. Cela évite de se retrouver plus tard avec un jeune cheval qui zigzag avec des antérieurs qui se croisent pour partir en ligne droite.


  • Pour éviter de vous faire bousculer. Cela peut faire rire quand ils sont petits mais quand ils grandissent et que le rapport de poids change, on a souvent moins le sourire.

 

Pour cela, il faut que vous imaginiez deux chemins parallèles. Un pour vous, un pour le poulain.

 

Quand le poulain vient se coller à vous, vous le repoussez gentiment de la main en appuyant au niveau de la nuque ou de l'épaule (en fonction du poulain) quand le membre qui est de votre côté se lève. Il le posera ainsi sur son chemin et prendra petit à petit de la distance.

 

Cette distance ne doit pas rimer avec une non-assistance.

 

Les poulains sont complètement instables latéralement et ne marchent jamais droit quand ils sont jeunes. Ils peuvent donc, sur un terrain difficile ou par inadvertance, trébucher et se faire très mal en tombant. Il est important, qu'au cours de l'apprentissage, il ne se fasse pas mal, au risque qu'il associe les deux phénomènes.

 

Donc, quand vous sentez la situation critique et que le poulain tombe sur vous, vous devez faire un écart de côté en plongeant l'épaule au niveau du passage de sangle puis, en effectuant un mouvement vers le haut, remonter le poulain. Le poulain vous sera reconnaissant de cette aide et tiendra d'autant plus la distance qu'il sait que vous ne le laisserez pas tomber.

 

Vous remarquerez que jusqu'à présent nous avons laissé traîner presque toujours la longe qui est détendue entre le poulain et nous.

 

La théorie veut que l'on fasse passer cette longe entre les deux mains. D'abord dans la main du côté du cheval (la main régulatrice), ensuite dans l'autre main (la main qui assure).

 

La longe est donc longue en permanence et fait un arc de cercle détendu entre le poulain et nous mais elle peut et doit pouvoir être récupérée en quelques instants.

 

Pour ce faire, desserrez les doigts de votre main régulatrice et laissez la longe y reposer délicatement, paume vers vous. La main qui assure est, quant à elle, toujours fermée sur la longe quoiqu'il arrive.

 

Quand le poulain (ou le cheval) démarre, la main qui assure monte au niveau de la main régulatrice et récupère la longe en faisant faire à celle-ci une boucle qui n'inclus pas les doigts avant de tirer. La main régulatrice laisse filer la longe et se ferme au plus proche du cheval pour bloquer.

 

Les deux mains sont alors fermées et votre corps s'est projeté en arrière, les genoux fléchis pour encaisser. Ainsi, même si le poulain vous échappe, la longe ne coupera pas vos doigts et ne risque pas de vous les faire ouvrir en vous les retournant, la paume étant toujours dirigée vers vous.

 

Notre poulain est maintenant à distance et on peut agir sur lui comme avec n'importe quel cheval en main. Avec des actions hautes ou des actions basses.

 

Mais chaque fois que le poulain démarre, repensez au bouchon de champagne et déviez-le plutôt que le bloquer. Vous verrez que rapidement vous ne pourrez même plus lui faire faire un quart de tour avant qu'il ne s'arrête.

 

Pour vous arrêter en ligne droite, vous pouvez faire une action, certes... mais dès que votre poulain pourra résister ou sera nerveux, vous ne pourrez plus l'obtenir. Demandez donc un arrêt en vous redressant et en donnant l'ordre vocal avec une très légère action de longe. Attendez un instant pour laisser au poulain le temps de réagir puis arrêtez-vous pour faire passer le poulain en cercle autour de vous. Le poulain s'arrêtera et vous pourrez le féliciter d'avoir obéi. Ainsi, vous n'aurez jamais à forcer pour obtenir un arrêt, car vous demanderez petit à petit au poulain de s'arrêter de plus en plus tôt sur la courbe jusqu'au moment où il s'arrêtera droit.

 

Quand tout cela est acquis, intégrez avec le même principe les tournants avec vous à l'extérieur.

 

Quand la maitrise est bien acquise au pas, prenez le temps de vous intéresser au trot en main. Ce travail permet de vous mettre avec le poulain sur un pied d'égalité et assurera vos capacités en main car il exige davantage de rigueur et de compétence.

 

Sans compter que si vous présentez un jour votre poulain dans un concours, on vous demandera surement de le faire au trot et que bien travaillé, le cheval n'en sera que plus flatteur.

 

A bientôt,

Anne

Ombre poulain et meneur - copyright : techniques d'élevage

Ombre poulain et meneur - copyright : techniques d'élevage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :