L’alimentation du poulain de trait, un "signe extérieur de richesse"

Publié le par Catherine Kaeffer Editions Alpha et Omega

Ça y est, le nouveau venu est arrivé. Vous avez craqué sur un poulain de trait. Il faut dire qu’ils sont très flatteurs, plus ronds que leurs congénères de selle et puis, ils ont la réputation d’être doux, solides et rustiques et donc on peut le mettre derrière chez soi parce qu’il a besoin de peu et il fera un parfait cheval de loisir.

Mais rappelons-nous l’époque de nos arrières-grands parents, où le cheval de trait était le compagnon de tous les jours. Rappelons-nous notre histoire. Posséder un cheval de trait était le symbole même de la réussite sociale pour l’agriculteur qui pouvait se le payer. Toutes les exploitations n’en avaient pas. Bref, le cheval de trait était considéré comme un « signe extérieur de richesse ».

Comme cela contraste avec ce qu’on entend tous les jours : ce sont des chevaux qui se nourrissent en suçant des cailloux ! Les cailloux n’étant pas en or, on a peine à comprendre.

Alors oui, on voit des chevaux de trait obèses avec des prés ras mais… car il y a un mais… ce sont des chevaux qui ne travaillent pas ou si peu, qui sont adultes, qui ne sont pas des reproducteurs.

Mais si vous achetez un poulain de trait, il aura souvent 6 mois. À cet âge, il devrait être encore au lait de maman. Et maman en bonne poulinière de trait, même au bout de 6 mois de lactation, elle en donnait encore généreusement à son rejeton entre 16 et 20 litres par jour !

Alors forcément, si le poulain n’a plus ses 18 litres de lait tous les jours, si maman ne lui fournit plus cet aliment à haute valeur nutritionnelle, il faudra que ce soit vous qui la remplaciez ! Parce que votre poulain à cet âge doit grandir de pas loin de 1 kg tous les jours… 30 kg par mois de muscles, d’os, de tendons, d’organes à fabriquer !  C’est énorme. Il ne faudra pas lui raconter qu’il n’y a rien dans la gamelle !

Et lorsque je parle de gamelle, n’envisagez pas qu’il n’ait que de l’herbe ou du foin. A cet âge, il est adapté pour digérer du lait… et un peu d’autres choses. L’herbe, il en mange mais pour l’instant, il ne la digère pas bien. Il la digèrera plus tard, quand il sera grand. Le cassoulet moi j’adore mais je ne le donnerais pas à un nourrisson. Ce n’est pas de son âge. Là, à votre poulain, il lui faut un aliment riche en énergie, facile à digérer, riche en protéines et pauvre en fibres, et de l’herbe ou du foin à volonté, en sus. En sus, mais en aucun cas à la place de.  

Alors oui, votre poulain de trait aura besoin d’un aliment concentré contenant des protéines de lait, jusqu’à 1 an puis d’un aliment poulain ensuite. Oui, comme il grandit très vite, il lui en faudra plus qu’à un arabe. Je dirais même que si vous avez opté pour un percheron, un clydesdale ou un shire, vous verrez la différence avec un poulain comtois. Ils sont immenses adultes, leur appétit est immense poulains. Ces chevaux tirent avec maestria de lourdes voitures comme si c’était des fétus de paille. Pour produire une machine de cette puissance, il faut fournir les matériaux de construction : de l’énergie, des protéines, des minéraux…

On dit ces chevaux tardifs (alors qu’on les débourre et qu’on les met à la reproduction jeunes, cherchez l’erreur…). Ils le sont peut-être un peu mais certainement moins qu’on le dit. Ce qui est sûr c’est qu’on les alimente souvent comme les adultes qu’ils seront mais qu’ils ne sont pas ou au mieux comme un poulain de selle. C’est méconnaitre leur potentiel de croissance. Ce ne sont pas des races tardives ce sont des poulains sous alimentés de façon chronique. Leur organisme ne pouvant pas grandir à la vitesse normale, prolonge la période de croissance histoire de récupérer sur le temps une partie du retard.

Essayez de nourrir un chiot dogue Allemand comme un chiot yorkshire… A mon avis, votre chiot dogue allemand ne tardera pas à vous expliquer qu’il a sérieusement les crocs quitte à vous faire une démonstration sur votre canapé ou vos chaussures. Ce qui m’étonne toujours c’est qu’il est évident dans l’esprit de tout le monde que plus on achète un chiot destiné à être grand, plus il devra manger pour assurer sa croissance. Alors que pour les chevaux, on envisage sans problème l’alimentation d’un 6 mois de trait uniquement au foin… notez que ce serait un 6 mois de selle, cela ne serait pas souhaitable non plus mais les dégâts seraient un peu moins importants.

De même on entend beaucoup dire que la sélection pour la viande a dégradé la qualité génétique de ces races, que les sabots de mauvaise qualité, la longévité moins importante, les fragilités osseuses en sont la conséquence. Il y a peut-être un peu de ça, mais à mon sens, les carences minérales qu’on retrouve de façon quasi systématique sur ces races sont la cause des sabots de mauvaise qualité et la malnutrition jeune se paie cher à l’autre bout de la vie. Quant aux fragilités osseuses, comment voulez-vous qu’un poulain percheron qui est souvent au mieux alimenté comme un poulain de selle alors qu’il fera le double de son poids à l’âge adulte puisse construire des os qui doivent être plus épais et plus solides, justement pour supporter un poids double avec… un apport simple. Ce n’est pas possible.

Ce ne sont pas des chevaux tardifs, ce sont des chevaux retardés.

Alors si vous prenez un poulain de trait, ayez conscience que pendant les premières années au moins, il constituera bien un « signe extérieur de richesse », autrement dit qu’il va engloutir avec appétit une bonne partie de vos économies.

Une fois qu’il sera adulte, vous avez deux situations possibles : Il travaille peu et ne se reproduit pas. Il sera rustique, mangera peu et vous devrez faire attention pour qu’il ne soit pas trop gras. Il travaille comme autrefois (attelage, débardage, labour) et il faudra le nourrir comme autrefois. Les chevaux des omnibus parisiens au 19e siècle faisaient allègrement leurs 9 repas par jour. Et évidemment, si vous avez une poulinière suitée, vous retrouverez des exigences nutritionnelles énormes pour produire jusqu’à 26 litres de lait par jour au pic de lactation.

Il vaut mieux les avoir en photo qu’en pension….

Catherine Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval de trait. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval de trait. Techniques d'élevage. Tous droits réservés