Imprégnation du poulain ou de l'ânon : bien manipuler pour l'avenir

Publié le par Anne ANTA. Editions Alpha et Omega

L'imprégnation est une méthode qui permet de modifier la relation du futur animal adulte avec les humains. Elle consiste en la manipulation du jeune lors de la première phase de maturation neuronale et a des impacts sur le long terme.

Nous aborderons dans cet article le cas spécifique de l'ânon ou du poulain et la façon d'aborder l'imprégnation pour obtenir un cheval ou un âne "bien dans ses sabots".

Car si on en parle généralement qu'en termes positifs, l'imprégnation peut tourner au drame si elle est mal maîtrisée et  avoir des conséquences très difficilement réversibles. Si on veut ne garder que les bienfaits de la manipulation précoce, elle doit respecter certaines règles.

Tout d'abord, on ne peut parler d'imprégnation que si elle a lieu juste après la naissance chez le poulain ou l'ânon. Il ne faut en cela pas confondre avec les phases que l'on observe par exemple chez le chiot ou le chaton.

Après 10 jours de vie, la manipulation d'un poulain ou d'un ânon n'aura pas le même impact sur le développement de la relation avec l'humain et ne devra pas suivre exactement les mêmes règles.

Attention, ce délai est celui observé pour un poulain ou un ânon né à terme et ayant un développement post-natal normal. En cas de prématurité ou de problèmes à la mise bas, on n'a pas forcément le même développement neuronal et il convient alors d'en tenir compte.

La première règle est d'avoir une bonne relation avec la jument ou l'ânesse. En effet, la manipulation ne peut se faire que si la mère est en confiance avec l'humain. Dans le cas contraire, le stress de la mère se communique au jeune qui ne retient que la peur de celle-ci.

La deuxième règle est d'avoir une manipulation courte, répétée pendant les premiers jours de vie qui va inclure un contact étroit, "englobant" mettant en jeu la majorité des sens : odorat, audition, tactile, vision. Si la séquence peut être standardisée ou ritualisée (toujours la même), c'est un avantage.

Attention, la manipulation doit être suffisante pour imprégner le jeune, mais elle ne doit pas remettre en cause la relation entre le jeune et sa mère.

La dernière règle et à mon sens la plus importante, c'est de savoir ce que l'on fait et pourquoi.

On va avoir un impact sur le système neuronal en construction, on va y introduire l'humain, des gestes, des attitudes, une façon de parler... et si on est stressé, agressif, tendu, triste... cela va constituer une base, une référence pour cet être en construction qui va l'intégrer comme une normalité.

Une "bonne" imprégnation mène à un jeune qui n'a pas peur de l'humain, qui se défend moins... ce n'est pas une relation de confiance que l'on crée, c'est une banalisation de la présence humaine. Et plus particulièrement, d'une présence humaine, car cette expérience n'est pas toujours transposable à un autre humain.

Anne ANTA

Découvrez ou redécouvrez notre site internet qui recense l'ensemble de nos publications et nos services pour mieux connaître les équidés : http://anneetcat.wixsite.com/techniques-elevage

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Poulain et jument au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Poulain et jument au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage