Isolez votre poulain pour lui donner à manger

Publié le par Catherine Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Ce conseil paraîtra aux uns comme un poncif aux autres comme une hérésie, à d’autres encore comme une complication inutile. Cependant, il y a souvent intérêt à isoler un poulain pour son repas.

« Isolé » n’est pas à prendre au sens de « tout seul à perte de vue » mais bien « dans un coin où même s’il prend son temps pour manger, personne ne viendra le lui chiper ».

Imaginez un cheval de loisir ou un shet qui vivent avec un poulain. Il est tout à fait possible que leur repas, une fois par jour, soit une poignée de quelque chose, une carotte ou un simple complément minéral vitaminé. Deux bouchées et c’est fini. Et même s’ils lèchent consciencieusement leur gamelle, cela n’aura rien à voir avec le temps qu’il faudra à votre poulain pour manger son repas, avec sa petite bouche. Sans compter que s’il faut 2 à 3 repas par jour au poulain, le shet qui lui sert de nounou devra apprendre à ne pas en avoir autant pour rester en bonne santé.

Vous allez me rétorquer que vous veillez au grain, au sens propre comme au sens figuré. Oui, mais même si vous le faites, le poulain n’aura pas la tranquillité d’esprit. Il verra que vous chassez l’autre, que c’est votre seule présence qui le tient éloigné et donc ne prendra pas son temps.

Il faut entre le poulain et ses congénères, un obstacle physique, rassurant pour le poulain qui saura que les autres ne peuvent arriver à lui, mais aussi qu’ils sont juste à côté. Donc qu’il est le seul qui peut accéder à sa nourriture mais qu’il n’est pas tout seul, perdu dans le vaste monde.

Cet obstacle physique peut être un simple ruban, qui n’a généralement pas besoin d’être électrifié et qui peut être simplement pourvu d’une boucle à chaque extrémité, passée dans un poteau pour isoler un coin de la pâture ou une portion de l’abri.

Oui, cela demande du temps. Oui, c’est contraignant puisqu’il faut attendre que le poulain ait fini pour le libérer, le mieux étant qu’il ait quelques minutes pendant lesquelles, il a fini avant de le libérer.

Alors pourquoi le faire ? Parce que c’est une excellente prévention des bouchons œsophagiens et des coliques maintenant et pour l’avenir.

Si le poulain a peur qu’on lui pique son repas, que cela soit justifié ou non, alors il va manger vite et avaler tout rond. Que cela dure toute sa jeunesse et vous aurez un cheval qui continuera adulte à engloutir son repas le plus vite possible. On le traitera de « glouton », alors qu’il faudrait le traiter de « prudent » voire de « chat échaudé qui craint l’eau froide ».

Alors que s’il sait que rien ne peut l’atteindre, il prendra son temps, mâchera ce qui sera excellent pour sa santé actuelle et future.

Et donc au final, vous aurez gagné du temps…

Catherine Kaeffer

Découvrez Je comprends l'étiquette de l'aliment de mon cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés